Jusqu'au 11 février

Ai-je du sang de dictateur ?

Denis-Daniel Boullé
Commentaires

Ai-je du sang de dictateur ? Dans le cas de Didier Lucien, auteur et interprête de ce monologue, la réponse est bien évidemment non. Dans les temps troubles que nous vivons, où le discours de l'exclusion semble devenir un programme politique pour certains, on ne saurait trop conseiller d'aller voir et entendre Didier Lucien à l'Espace Libre.

Car au-delà de la réflexion autour de la figure du dictateur, dans ce cas-ci, François Duvalier, et dans lequel on reconnaît tous ces hommes qui ont cru incarner un destin national en tenant un langage simple, accumulant des promesses non tenues, et perdurant sur des mensonges, c'est aussi notre rapport à l'étranger que Didier Lucien explore. Didier Lucien est arrivé au Québec à l'âge d'un an et n'est jamais véritablement retourner en Haïti. Il en connaît l'histoire par ses parents, par ses lectures, mais comment cette île le fonde-t-il, lui qui s'est construit au Québec. Considéré comme noir au Québec, lors d'un bref séjour en Haïti, il a eu la surprise d'être considéré comme blanc. Comme quoi la couleur de peau peut être un concept à géométrie variable. 

Si la première partie de la pièce retrace l'histoire, trop peu ou si mal connue, d'Haïti du début de la colonisation jusqu'à l'époque moderne (très amusante projection de tableaux qui s'animent à la facon (Monty Python), la seconde est beaucoup plus sombre avec la reprise d'extraits de discours de Duvalier vantant la grandeur de son travail, son rôle de guide, éliminant tous ceux et celles qui s'opposent à lui. 

Aucune réponse de la part de Didier Lucien sur ses propres questions identitaires, mais une réflexion qui vient nous toucher directement dans notre perception et dans notre compréhension de l'Autre, de la différence. À voir absolument. 

Ai-je du sang de dictateur ?

De et avec Didier Lucien. Parrainé par le Nouveau Théâtre Expérimental

Espace Libre . Jusqu'au 11 février 2017

https://billets.espacelibre.qc.ca