Toronto Pride

La police de Toronto ne participera pas officiellement au défilé de la fierté en 2017

L'équipe de rédaction
Commentaires

Après avoir été déclaré persona non grata par le comité organisateur Pride Toronto, le chef de police de la Ville, Mark Saunders, confirme que ses agents et lui ne participeront pas officiellement au défilé le la fierté LGBTQ+ cet été.


Le Service de police s’était contenté de dire qu’il attendait des détails des organisateurs et de leur décision prise en janvier. Le chef de police Saunders déclare maintenant qu’il « comprend que les communautés LGBTQ sont divisées » au sujet de la présence de policiers en uniforme. «Pour permettre une résolution de ces divergences, j’ai décidé que le service de police de Toronto ne participerait pas, cette année, au défilé de la fierté» explique Mark Saunders, chef de police de Toronto

Pride Toronto a banni les policiers en uniforme, à la suite d'une demande en ce sens du groupe Black Lives Matter qui accuse la police de racisme. L’an dernier, des membres du groupe Black Lives Matter avaient forcé l'interruption du défilé gai.

La police continuera à assurer la sécurité pour le défilé, mais n'aura pas de char allégorique, notamment.

Le maire John Tory « respecte » la décision du chef Saunders, mais tout en espérant une « résolution ».

«Je suis déçu et frustré qu'un événement dont la raison d'être est de célébrer l'inclusion ne mène à l'exclusion.» - John Tory, maire de Toronto

Le maire Tory ajoute ceci : « On devrait féliciter nos policiers pour les ponts qu'ils ont construits et qu'ils continuent à bâtir. » Il admet toutefois qu'il y a toujours place à l'amélioration.

Pour sa part, Pride Toronto précise que les policiers sont toujours les bienvenues individuellement dans le défilé, mais tout en disant que les organisateurs devaient respecter et faire une place aux marginalisés. Pride est un mouvement né d'une lutte qui continue à nous pousser à bâtir une société plus juste.

Le président de l'Association des policiers de Toronto, Mike McCormack, affirme que la décision du chef Saunders est « mauvaise » et « envoie un mauvais message à [leurs] membres », plutôt que de valoriser l'inclusion.

Un porte-parole torontois de Black Lives Matter, Syrus Marcus Ware, dit que le chef de police tente de détouner l'attention des problèmes touchant le Service en « faisant croire » que la police se retire du défilé, alors que les policiers « n'étaient pas invités », selon lui. M. Ware souligne que la déclaration du chef de police ne fait pas mention d'enjeux comme le fichage et le profilage racial. Il doute de l'offre de M. Saunders de rencontrer « tout groupe qui se sent marginalisé », disant qu'il a toujours refusé de s'asseoir avec les membres de Black Lives Matter.

SOURCES : La Presse Canadienne et Radio-Canada