Mado est au boutte

Mado s'expose en Afrique

Mado Lamotte
Commentaires
super mado

On avance lentement mais sûrement à petits pas de souris vers le printemps et la meilleure façon de combattre la grisaille d’un hiver qui ne finit plus c’est de voyager. Vous allez me dire que ça ne me prend pas de raisons pour voyager car : « Toé la Mado, t’es toujours en voyage! ». 


Et j’arrive d’où cette fois-ci? Encore de l’Afrique du Sud mais aussi du Mozambique avec un p’tit arrêt jet set de 24 heures à Londres question d’y célébrer mon 29e anniversaire (oui, encore 29 ans, que voulez-vous, je suis comme une œuvre d’art, je suis éternelle!). L’Afrique du Sud on en parlera très peu, vous avez vu mes sublimes photos l’année dernière, mais juste pour revoir toutes ces merveilles d’animaux dans leur habitat naturel, me retrouver seule au monde au milieu de la savane africaine, ça vaut tous les Parc Safari et les zoos de Granby de ce monde! Impalas, antilopes, gnous, phacochères, suricates, singes, autruches, girafes et mes chers zèbres adorés étaient tous au rendez-vous pour mon plus grand bonheur d’aventurière au coeur d’enfant. Et que vous dire du Mozambique? Le peu que j’ai vu, j’y étais 5 jours, m’a absolument charmé. J’explore Maputo, la capitale, en tuk-tuk, wow, ça grouille de vie et de gens archi sympathiques. Mon guide, le beau Lou, est d’une gentillesse désarmante, il me trimbale aux quatre coins de la ville et me fait découvrir le meilleur de la culture locale. Pas besoin de vous dire que je lui ai laissé un excellent pourboire…en nature. Mais le must de mon voyage, ça sera les 3 

jours passés sur l’ile de Machangunlo avec ma chum de voyage, Pamela?. Nous sommes les seules touristes sur cette ile paradisiaque, habitée par une 

gnou

communauté d’une centaine d’âmes, de quelques vaches, de chèvres, de poules, de crabes, de singes et de flamants roses éparpillés ici et là. Et à part les millions de grillons, pas une ombre de moustiques pour venir gâcher mes marches matinales en costume d’Eve sur la plage déserte. Oui le bonheur il existe mes chéris, il se trouve à 18 heures d’avion, rien que ça, de Montréal.

1  Gnou :  «Vanessa, viens voir y’a un gnou dans le jardin de l’hôtel!» Quand tu te réveilles avec ça dans ta face tu sais que t’es pas à Joliette. 

 

 
bateau2  Bateau :  Oui j’ai fait la traversée du port de Maputo à l’ile de Machangunlo sur ce magnifique bateau de croisière 5 étoiles. C’est là que j’ai compris que je n’échangerais pas ma job contre celle d’un pêcheur. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Machangulo3  Machangulo :  Tsé quand je vous dis : ile paradisiaque et plage déserte, ça peut pas être plus enchanteur que ça. Et au risque de se faire piquer par un Jelly Fish ou de se faire pincer l’asticot par un crabe, se baigner toute nue dans cette immensité d’Océan Indien ça n’a pas de prix mes chéris.  
 
 
 
 
 
lou4   Lou :  Mon guide privé, le magni-fique Lou. Comment peux-tu résister à un sourire de même? Malgré la barrière du langage, j’peux-tu vous dire que je n’ai pas eu besoin de lui expliquer pendant des heures comment se rendre à mon point G.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mado5   Mado :  Ça c’est que j’appelle avoir une « chambre avec vue ». De la jungle à perte de vue avec tout au bout l’océan. Ça change de la vue sur le bain tourbillon de ma chambre au sauna GI-Joe.


 

  Envoyer cet article

super mado

Mado est au boutte

Mado s'expose en Afrique

Et j’arrive d’où cette fois-ci? Encore de l’Afrique du Sud mais aussi du Mozambique avec un p’tit ar (...)

Publié le 20 février 2017

par Mado Lamotte