Until the Lions, entre le 17 et le 25 mars

Une légende du Mahabharata

Denis-Daniel Boullé
Commentaires

On ne présente plus Akram Khan. Invité par Danse Danse plusieurs fois, cet anglo-bangladais travaille toujours aux confins de la danse traditionnelle indienne et de la danse contemporaine. Et il s’inspire souvent de la mythologie, indienne dans ce cas-ci, pour tisser un univers poétique où le mouvement, la musique, le texte et la voix s’épousent, deviennent indissociables les uns des autres. Until the Lions présenté à La Tohu, est l’illustration sublime du travail d’Akram Khan.

Sur la scène circulaire, une énorme section de tronc d’arbre qui sera le lieu où se déroulera le drame antique. Une légende tirée de l'histoire de l'épopée du Mahabharata, un texte fondateur en Inde comme l’est l’Odyssée pour la culture européenne revisitée par l'écrivaine et poétesse indienne Karthika Naïr et complice d'Akram Khan depuis les créations de Desh et Zero Degrees. Le chorégraphe s'est appuyé sur un texte de l'écrivaine : Until The Lions, echoes from the Mahabharata Amba est enlevée le jour de ses noces par Bhishma. Quand elle retourne vers son fiancé celui-ci la refuse car elle est allée avec un autre. Elle retrouve Bhishma qui lui aussi refuse de l'épouser car il a fait vœu de célibat. Amba, humiliée, décide de se venger, mais ne pourra le faire que lors de sa réincarnation en un être androgyne. Plusieurs versions et interprétations reprennent cette légende, et Karthika Naïr, dans son poème expose sa propose sa vision personnelle. «La tradition, pour moi, c'est un grand vivier dans lequel on peut puiser pour créer quelque chose d'actuel», avance Karthika Naïr qui a toujours senti le lien très fort pour elle entre la poésier et la danse. « La relation entre le mouvement et le verbe est une relation vitale, la poésie est pour moi avant tou Kinesthésique. La danse se prête bien comme dessein, voire comme osssature à la poésie», ajoute Karthika Naïr qui rappelle entre autres un autre point commun entre le verbe et le mouvement, l'écriture chorégraphique. Pour la créatrice toute expression artistique peut être un déclencheur, comme une danse peut l'inspirer pour sa plume ou comme un chorégraphe peut l'être après la lecture d'un texte. Akram Khan sera Bishma, le séducteur, dans ce conte dansé et chanté. Toute la force féline du chorégraphe se confrontera à deux autres danseurs entourés de quatre musiciens dans une chorégraphie qui mêle la viruosité et la précision issues de la danse traditionnelle indienne, et la danse contemporaine, un domaine dans lequel Akram Khan est passé maître.

Until the Lions de et avec Akram Khan. Production de Danse Danse présentée à La Tohu, les 17, 18 ,19 , 23, 24 et 25 mars 2017 tohu.ca