Entrevue avec isabelle Langlois

L’homoparentalité à trois de «Lâcher prise»

Samuel Larochelle
Commentaires
Lâcher Pris

Reconnue pour les dialogues incisifs et les situations tragicomiques de Rumeurs et de Mauvais Karma, la scénariste Isabelle Langlois pourra désormais affirmer qu’elle a écrit la première télésérie québécoise qui aborde de front l’homoparentalité à trois : Lâcher Prise. Dans la nouvelle émission diffusée à Radio-Canada, Valérie (Sophie Cadieux) entretient une relation relativement harmonieuse avec son ex Éric (Simon Lacroix) et… son nouvel amoureux Kévin (Éric Paulhus). 

« Je voulais présenter une famille recomposée et cette dynamique me semblait hyper intéressante et d’actualité, dit-elle en entrevue. Surtout dans le cas d’une fille qui se rend jusqu’au burn-out en ignorant tous les signaux pendant des années, comme elle et son ex ont ignoré ce qui se passait dans leur vie, à savoir qu’il était gai et amoureux d’un ami du couple. » Fidèle à sa volonté de performer, Valérie a tout fait pour réussir son divorce et sa garde partagée, afin que leur petit garçon ne subisse pas les contrecoups du divorce. « Lorsqu’elle se sera remise et qu’un peu d’eau aura coulé sous les ponts, ils vont réaliser qu’ils étaient de grands amis qui ont eu un enfant ensemble, mais sans avoir été amoureux. Quand la rupture est arrivée et que Valérie se bâtissait déjà un super beau burn-out, elle a décidé de mettre tout ce qu’elle ressentait sur la glace. Mais il y aura des confron-tations importantes. Heureusement, ces trois-là s’aiment beaucoup et ils vont trouver des manières de gérer le tout. »
 
Centrée sur la crise de Valérie, la télésérie accorde tout de même une gran-de place aux deux amoureux, sorte de yin et de yang relationnel. «Kévin, à six ans, il savait qu’il était gai. Il a grandi dans une famille où ça n’a pas posé problème et il est hyper confortable là-dedans. Avec le temps, il est tombé amoureux d’Éric, qui est la loyauté en personne, un gars responsable, profondément bon, mais un peu terne. Il convient à Kévin, un genre de papillon charmant qui manque de structure. Il le centre, le calme et lui donne accès à quelque chose dont il avait besoin sans le savoir : un peu de sérénité. À l’inverse, Kévin apporte à Éric de la joie, de la spontanéité et de la fraîcheur. » Ironiquement, Valérie vient compléter le portrait. «Ils forment une famille homoparentale à eux trois. Ils se complètent bien.»
 
Par ailleurs, le choix pour trouver les interprètes des deux hommes a été assez complexe. « On a vu beaucoup de monde en auditions. On y allait par tâtonnement, sans savoir ce qu’on cherchait précisément. Valérie, je la voyais bien, mais moins dans leur cas. Quand on a vu Simon Lacroix, avec son sens de la comédie, on l’a adopté rapidement. Et il était intéressant avec Éric. Plus je les vois, plus j’ai envie de les revoir. » En pleine écriture de la deuxième saison, Isabelle Langlois révèle qu’on explorera le malaise d’Éric avec son orientation sexuelle, son coming out, la rupture et l’immense culpabilité des deux hommes envers Valérie. Sans oublier d’approfondir la dynamique particulière de cette famille hors-norme. « Au début, je me suis dit que je traitais les deux garçons comme n’importe quel autre couple de parents : ils font à manger, se questionnent sur la discipline, gèrent les horaires de garde partagée, etc. Mais je suis en train de me demander s’ils n’ont pas plus de spécificités que je le croyais. J’en ai parlé à une amie qui élève deux enfants avec une femme. Elle m’a confirmé qu’elles formaient une famille comme les autres à la base, mais elle m’a ensuite ouvert la porte sur plusieurs petites choses. Comme le fait qu’elles doivent constamment faire leur coming out : quand l’électricien vient à la maison, en inscrivant leurs filles à un cours, lorsqu’elles vont à l’hôtel, etc. Donc, j’ai décidé d’aller dans cette direction-là, en ajoutant quelques scratchs au portrait de famille des deux gars. »
 
Une belle piste, alors que le duo envisagera l’idée d’avoir un autre enfant. «Éric estime que ses années de couraillage sont derrière lui. Il vient d’une grosse famille. Il a toujours aimé les enfants. Il est désormais beau-père et il réalise que ça peut lui arriver aussi. Mais les deux amoureux ne sont pas du tout à la même place. Éric est un gai de très fraîche date. On va voir comment ils vont arriver à se rejoindre. » 
 
 On peut rattraper Lâcher Prise gratuitement sur tou.tv et regarder la série à Ici Radio-Canada les lundi à 19 h 30.