Abus sexuels - France

Tony Anatrella poursuivi par la Justice de l’Église

L'agence AFP
Commentaires

Une procédure de justice interne à l’Église catholique, a été ouverte à l’encontre du prêtre-psychanalyste Tony Anatrella, accusé d'abus sexuels par plusieurs anciens patients.

Opposant très médiatique des droits LGBT, proche de La Manif pour tous, le prêtre-psychanalyste Tony Anatrella est accusé d'abus sexuels par plusieurs anciens patients, de jeunes hommes.

Selon leurs témoignages, il se serait livré à des attouchements lors de séances prétendument destinées à les "guérir" de leur homosexualité.

Le procureur de la République a été informé de cette procédure par le cardinal de Paris André Vingt-trois. 

Plusieurs médias avaient fait état au printemps 2016 de nouvelles accusations, dix ans après des plaintes classées sans suite, à l'encontre de Tony Anatrella.

Un journaliste de l’AFP avait recueilli le témoignage de Fabien, qui avait évoqué une "bonne dizaine" de "séances spéciales" gratuites en 2010-2011: "une demi-heure d'attouchements", suivie d'"une demi-heure de débriefing sur le ressenti, les émotions". "Il m'a dit souvent 'c'est vous qui le voulez'. Il me faisait porter le chapeau", confiait-il alors.

Tony Anatrella a toujours farouchement nié avoir eu le moindre geste déplacé, en particulier à l'époque des trois plaintes pour "agressions sexuelles" qui s'étaient soldées par un non-lieu en 2008, notamment parce que les faits étaient prescrits.

Ce "spécialiste en psychiatrie sociale", sans être évêque, bénéficie du titre honorifique de "Monseigneur". Auréolé d'un certain prestige de Paris à Rome, il est toujours, à 75 ans, "consulteur" auprès de deux conseils pontificaux (famille et santé) au Vatican. Associé à la préparation du premier guide de l'épiscopat "Lutter contre la pédophilie", il fut l'un des inspirateurs de l'instruction du Vatican visant à écarter de la prêtrise les hommes présentant une orientation homosexuelle.

Interpellé en mai au sujet de ce prélat, l'archevêque de Paris, le cardinal André Vingt-Trois, avait demandé à un prêtre venu relayer de nouvelles accusations de plaignants potentiels "d'encourager ces personnes à prendre contact personnellement et à porter plainte", en faisant valoir qu'il ne pouvait "agir sur la base de déclarations anonymes ou indirectes". Depuis, "des personnes nous ont contactés directement.

Elles ont été entendues par une commission dirigée par Mgr Eric de Moulins-Beaufort", l'un des évêques auxiliaires de Paris. 

Tony Anatrella est actuellement "en mission d’études et de recherche" et "n’exerce pas de ministère au sein du diocèse de Paris" indique l’archevêché de Paris. Les cours qu’il devait donner en cette année scolaire au collège des Bernardins ont été annulés.