Condos Le DIBER

Nouveau projet SOHO sur le Plateau

André-Constantin Passiour
Commentaires
dire
diber
  • dire
  • diber

Sur la rue d’Iberville, entre Mont-Royal et Marie-Anne, donc sur le Plateau Mont-Royal, SOHO Développement Urbain érigera un nouveau bâtiment totalisant 21 condominiums de grande superficie en béton. Planchers chauffants, fenestration abondante, mur de béton apparent à l’intérieur, etc., cela respirera le moderne à n’en pas douter. Un design actuel et des matériaux de haute qualité pour la cuisine et la salle de bain complètent le tout… 

«Normalement, sur le Plateau les condos sont petits. Avec le DIBER, On a donc voulu faire quelque chose de différent en construisant un édifice avec des condos plus grands. Nous avons écouté ce que les gens nous disent à travers nos différents projets, qu’ils désirent plus d’espace, que ce soit plus aéré et cela a été entendu par nos propres architectes qui ont travaillé en ce sens», souligne Éric Cameron, le directeur du marketing chez SOHO Développement Urbain. Les dimensions varieront entre 1000 pi2 à 1493 pi2 deux chambres à coucher, ou trois, cela est laissé au besoin de la personne.
 
Le futur propriétaire aura l’embarras du choix : quatorze unités sur deux niveaux avec salle de bain et salle d’eau séparées, 19 unités avec mur de béton apparent à l’intérieur, sept condos avec terrasse privée sur le toit, tandis que chaque unité bénéficiera de deux balcons. 
 
«Ce qui différencie ce projet, c’est la technique de construction utilisée. Le DIBER sera construit avec un système de coffrage isolant. Tous les murs de l’immeuble seront en béton coulé de 6 po. en épaisseur et isolé des 2 cotés. Des murs en béton qui débutent au sous terrain pour se rendre jusqu’au 3e étage», précise M. Cameron. En plus d’isoler efficacement votre logis, ce type de construction en béton offre une performance éner-gétique maximisée et une insonorisation des murs pour une meilleure qualité de vie… Vous n’entendrez donc pas votre voisin chanter sous la douche ! Le plancher chauffant appelé «Flextherm», qui réduit la consommation d’énergie jusqu’à 28%, est une autre particularité des condos DIBER et on aura le contrôle de la chaleur dans chaque pièce et ce, sans aucune plinthe électrique.
 
Maintenant, pour ce qui est de la cuisine et de la salle de bain, on aura droit à des comptoirs en quartz de première qualité et à un design contemporain. «Lorsqu’il réserve son espace, le client pourra rencontrer nos designers pour choisir les couleurs et les textures selon ses goûts propres pour personnaliser son condo», indique Éric Cameron. Il en est de même pour le plancher de bois, alors qu’on vous proposera une vaste sélection d’essences et de couleurs.
 
D’ailleurs oui, bien sûr, il y a des plans comme dans tout autre projet domiciliaire du genre. Par contre, ceux-ci peuvent être modifiés. «Contrairement à d’autres compagnies qui sont seulement des promoteurs 
immobilier, nous sommes aussi une entreprise en construction (EJP Construction inc), nous construisons nous-mêmes nos bâtisses, poursuit Éric Cameron. Ce qui veut dire que nos acheteurs peuvent rencontrer notre architecte au sujet des plans et en redessiner une partie s’il le désire, on peut réaménager une pièce par exemple. C’est un bel avantage !» Et un dernier point qui n’est pas à négliger non plus, on essaie ici d’utili-ser le plus de matériaux québécois que possible, le tout de première qua-lité ce qui fait que «un fort pourcentage des éléments que l’on retrouve au DIBER condo sont fabriqués au Québec», dit le directeur du marketing chez SOHO Développement Urbain, Éric Cameron.
 
Malgré la haute qualité de construction de ce projet, le prix des différentes unités vous surprendront et ils sont tous indiqués sur le site web. 
 
CONDOS DIBER    www.dibercondo.com 
 
Espace des ventes : 4400, rue d’Iberville, Plateau Mont-Royal. 514-951-7676 


 

  Envoyer cet article

dire

Condos Le DIBER

Nouveau projet SOHO sur le Plateau

«Normalement, sur le Plateau les condos sont petits. Avec le DIBER, On a donc voulu faire quelque ch (...)

Publié le 23 février 2017

par André-Constantin Passiour