Montréal — Village

La circonscription de Sainte-Marie-Saint-Jacques demeurera

L'équipe de rédaction
Commentaires

La circonscription montréalaise de Sainte-Marie-Saint-Jacques, détenue par Manon Massé, est maintenue. Le Directeur général des élections vient de publier dans la gazette officielle du Québec la nouvelle carte électorale, qui sera utilisée pour les élections provinciales le 1er octobre 2018.

La commission de représentation électorale proposait d’abolir la circonscription de Sainte-Marie Saint-Jacques. Normalement, la CRE annonce toujours ses intentions afin de permettre la tenue de consultations publiques pour que les citoyens, les organismes et autres personnes intéressées puissent se faire entendre, ce qui fut fait en 2015.

À ce moment, la Commission avait déposé un rapport préliminaire qui identifiait les circonscriptions menacées de disparition. En plus de Saint-Maurice, il y avait effectivement un comté sur l’île de Montréal qui était visé, Outremont, actuellement détenue par la libérale Hélène David.

En aucun temps, la proposition de retirer Sainte-Marie–Saint-Jacques ne fut avancée. En conséquence, les consultations sur la modification de la carte électorale n’ont pas tenu compte de ce scénario et encore moins aux intervenants concernés de débattre sur l’importance du maintien de ce comté.

On sait également que le parti libéral a fait des pieds et des mains pour s’assurer qu’Outremont ne soit pas rayé de la carte, cette circonscription représente un château fort pour le PLQ.

Plusieurs citoyens et leaders de groupes LGBT avaient lancé un cri du coeur au Directeur général des élections, en commençant par Steve Foster, le président de la Chambre de commerce LGBT du Québec : «Si une communauté marginalisée a su bénéficier du concept de communauté naturelle propre aux principes qui vous guide dans la délimitation des circonscriptions, c'est bien la population lesbienne, gaie, bisexuelle et transsexuelle. Cette circonscription s'inscrit au cœur même de notre existence».

«S'il y a un morcellement de la carte électorale, ça va faire en sorte que nos enjeux soient dilués dans d'autres enjeux et que notre voix, finalement, en vienne à être effacée», avait dénoncé la directrice générale du Conseil québécois LGBT, Marie-Pierre Boisvert.

Pour Christian Tanguay, directeur du Centre communautaire LGBTQ de Montréal, le redécoupage de la carte électorale et la disparition de la circonscription aurait été une catastrophe. «Cette circonscription est unique au Québec par sa diversité. C’est l’un des seuls lieux dans la province où il y a une forte densité démographique de personnes des communautés LGBTQ+. Notre députée est aussi une personne d’exception qui, par son vécu et son parcours, comprend et maîtrise l’ensemble des dossiers qui touchent nos communautés, communautés parfois marginalisées à tort, mais trop souvent instrumentalisé à des fins électoralistes. Pour le pouvoir en place, d’aller de l’avant avec ce plan de faire disparaître notre circonscription en nous rayant et en la morcelant est une erreur colossale et un déni de démocratie.» 

La députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé, de Québec solidaire et les électeurs du comté qui ont manifesté à plusieurs reprises depuis un mois auront donc leur bataille pour que sa circonscription ne soit pas éliminée.  La circonscription électorale provinciale de Sainte-Marie-Saint-Jacques, à Montréal, est maintenue telle qu'elle.

Par ailleurs, la Commission de la représentation électorale (CRE) explique que plusieurs propositions ont été acheminées sur le changement de nom de la circonscription de Crémazie pour celui de Maurice-Richard. La Commission signale que le légendaire joueur de hockey a habité le territoire de la circonscription pendant une cinquantaine d'années. Elle écrit qu'au-delà de ses exploits sportifs, M. Richard y est reconnu pour son implication communautaire et qu'il a été un personnage marquant pour l'ensemble des Québécois. 

La Commission de la représentation électorale (CRE) annonce également qu'une circonscription disparaîtra en Mauricie.