Arabie Saoudite

Les autorités saoudiennes nient avoir battu deux femmes trans du Pakistan

L'équipe de rédaction
Commentaires

Les autorités en Arabie saoudite ont nié les informations selon lesquelles deux femmes trans du Pakistan auraient été «battues à mort» alors qu’elles étaient en détention policière.

Des rapports publiés la semaine dernière ont suggéré au départ que plus de 30 hommes habillés en femmes ont été arrêtés par la police en Arabie saoudite et que deux d'entre eux ont été battus à mort pendant leur détention.

Des rapports ultérieurs, dont beaucoup proviennent des médias pakistanais, ont identifié les dizaines d'arrestations et les deux tués en tant que femmes transgenres.

Mais mardi, le ministère saoudien de l'Intérieur a déclaré que les rapports étaient «totalement erronés et que personne n'avait été torturé», malgré le fait que l'une des personnes arrêtées était décédée en détention.

«Une personne âgée de 61 ans a subi une crise cardiaque et est décédée à l'hôpital après avoir été traitée», a déclaré mardi le ministère de l'Intérieur.

Les médias saoudiens avaient rapporté la semaine dernière que les personnes arrêtées avaient assisté à une fête en tant qu'hommes où ils s'habillaient en vêtements de femmes et portaient du maquillage.

Mais ces rapports ont été réfutés par l'activiste transgenre Farzana Riaz, qui a déclaré lundi dans une conférence de presse que ses sources lui avaient confirmé que deux de ces femmes arrêtées, trans, avaient été battues à coups de bâton après avoir été arrêtées.

«Nous sommes profondément attristés par la mort de ces deux innocentes trans en Arabie Saoudite», a déclaré Riaz.

Elle a également montré à la conférence de presse à Peshawar, des photos de ceux qui sont encore sous détention policière, dit-elle. Ces photos, lui ont été envoyés par des contacts à l'intérieur de l'Arabie saoudite.

Des messages texte ont également été présentés lors de la conférence.

Bien que l'Arabie saoudite n'ait pas de lois contre les transgenres, des arrestations sont fréquemment effectuées dans le pays «d’hommes habillés en femmes».

 

Sources : Pink News