Pays-Bas / Elections

Le parti Artikel 1 veut promouvoir une égalité complète et l'acceptation de l'autre

L'agence AFP
Commentaires
Photo prise par © Sylvana Symons, fondatrice du nouveau parti

Un nouveau parti, "Artikel 1", dont 60 % des candidats appartiennent à la communauté LGBT - se présente aux élections législatives néerlandaises pour promouvoir une égalité complète et l'acceptation de l'autre.

Les Néerlandais ont longtemps eu une réputation de tolérance, mais Sylvana Simons en est convaincue, se cache bien souvent derrière un racisme profondément ancré: aussi a-t-elle fondé un nouveau parti qui veut promouvoir une égalité complète et l'acceptation de l'autre.

"Artikel 1, fondé en décembre, présente vingt candidats aux élections législatives de mercredi aux Pays-Bas et pourrait, selon des sondages, obtenir un siège au Parlement.

"Artikel 1" se réfère au premier article de la Constitution du pays, selon lequel tous les citoyens doivent être «traités sur un pied d'égalité» et qu'il ne peut y avoir de discriminations basées sur la race, la religion ou l'orientation sexuelle.

L'apparition d'"Artikel 1" intervient alors que les élections néerlandaises sont dominées par les thématiques de l'immigration et de l'intégration, sur fond d'une crise aiguë avec la Turquie.

Le Premier ministre Mark Rutte y a pour principal rival Geert Wilders, dont la campagne a développé des thèmes anti-islam. Son Parti pour la liberté (PVV) pourrait arriver deuxième aux élections.

«La tolérance ne signifie pas la même chose que l'acceptation. La tolérance signifie seulement que vous êtes dans le fond indifférents, mais d'accord, vous tolérez. Je considère que nous avons désormais atteint un stade où l'acceptation (de l'autre) est nécessaire. Il doit s'agir d'égalité», explique Sylvana Simons.

Cette ancienne présentatrice renommée à la télévision s'est lancée dans l'aventure d'un nouveau parti, fondé sur l'égalité et l'inclusion, à la suite d'un incident sur un plateau où elle avait vertement repris un invité pour des remarques racistes, qui lui a valu ensuite de nombreuses menaces de mort et des courriers haineux.

«Nous pensons que le premier article de notre Constitution est menacé. Il a besoin d'être défendu et appliqué correctement», poursuit Sylvana Simons. Elle confie que laisser une brillante carrière de deux décennies à la télévision et la radio pour le monde de la politique a été une décision difficile. Mais, explique-t-elle, «je ne pouvais nier davantage que nous avons des problèmes structurels et institutionnels en matière d'inégalités sur les questions concernant les hommes et les femmes, les noirs et les blancs, l'immigration. Je ne pouvais plus le laisser passer».

Regarder la société

Sylvana Simons s'étonne encore de la vigueur des protestations qu'elle a suscitées lorsqu'elle s'est interrogée sur le personnage de «Black Pete», ce personnage noir que l'on peut voir dans les rues des Pays-Bas et qui accompagne Saint-Nicolas à Noël, distribuant des bonbons aux enfants et qui est très populaire aux Pays-Bas.

Des critiques virulentes sont apparues sur les réseaux sociaux. La justice est en train de déterminer si des poursuites seront engagées. "Artikel 1" veut abolir «Black Pete» mais aussi faire du 1er juillet la journée de la commémoration de l'abolition du commerce d'esclaves par les Pays-Bas et faire en sorte que les personnes ne soient plus tenues de déclarer leur sexe à l'administration.

60 % des candidats d'"Artikel 1" appartiennent à la communauté LGBT. Le plus jeune des candidats a 18 ans, le plus âgé 82. Les trois candidats en tête de la liste du parti sont des femmes, dont Sylvana Simons. Un musulman, un juif, un chrétien et un athée figurent parmi ces candidats.

Les Pays-Bas ont accueilli pendant longtemps des habitants venus des anciennes colonies, telles que l'Indonénie, le Surinam, Curacao et Aruba, mais également des réfugiés d'Érythrée, de Somalie et du Moyen-Orient, faisant de ce pays une société multiculturelle.

Quelque 3,6 millions de personnes sur une population totale de 17 millions d'habitants ont au moins un parent né en dehors des Pays-Bas.

«Nous pensons que l'émancipation commence avec la représentation. Il était donc important que notre liste reflète la société. Ce qui nous réunit est une façon différente de regarder les gens, regarder la société», dit Sylvana Simons. «Pour nous, gagner un premier siège» mercredi serait «une grande victoire».