Politique française

François Hollande estime qu'il y a encore de nombreux combats à mener

L'agence AFP
Commentaires

«"Il y a encore de nombreux combats à mener» pour les droits des personnes LGBT, a déclaré vendredi le président de la République François Hollande lors d'une cérémonie à l'Élysée en l'honneur des acteurs engagés contre la haine et les discriminations LGBT.

Rappelant qu'il y a encore 36 ans, l'homosexualité était considéré comme une maladie mentale, François Hollande a déroulé l'évolution des droits des personnes lesbiennes, bi, gay et transsexuelles, citant notamment le mariage pour tous, "un engagement que j'avais pris, qui a été tenu".

En juin 2016, deux semaines après l'attentat homophobe d'Orlando aux États-unis, le président avait étendu le champ d'intervention de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme (Dilcra) à la haine anti-LGBT. Un plan de mobilisation contre la haine et les discriminations envers les personnes LGBT a par ailleurs été lancé en décembre 2016, doté d'un budget annuel de 1,5 million d'euros.

Aujourd'hui, "il y a encore de nombreux combats à mener" a déclaré le président de la République, évoquant "l'ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée, ndlr) aux couples de femmes" que réclament les associations LGBT et pour laquelle le candidat Hollande s'était engagé lors de la campagne présidentielle de 2012.

"Il y a également la question pressante de la consécration d'un lieu dédié au recueillement et à la mémoire de la cause LGBT" et "la nécessaire reconnaissance de la filiation des enfants nés d'une GPA (gestation pour autrui, ndlr)". "Je pense aussi à l'interdiction des opérations chirurgicales subies aujourd'hui par des enfants intersexes (atteints d'une malformation génétique du développement sexuel, ndlr), et qui sont de plus en plus largement considérées comme des mutilations", a-t-il ajouté, applaudi par l'assistance.

Toutefois, "rien n'est jamais acquis", a averti François Hollande. "Dans de nombreux pays du monde, les droits des personnes LGBT sont attaqués, même dans des démocraties, même dans la plus puissante d'entre elles, il y a des menaces". "Nous sommes devant un monde qui hésite entre la continuation du progrès et le retour en arrière", a-t-il déclaré.

Évoquant les élections présidentielle et législatives, le président de la République a souligné que "les choix qui seront faits au mois de mai, au mois de juin prochains seront essentiels pour ouvrir d'autres progrès". "Les droits des personnes LGBT (...) chaque fois qu'ils progressent, c'est la France qui avance et c'est le monde qui change", a-t-il conclu.



 

  Envoyer cet article

Politique française

François Hollande estime qu'il y a encore de nombreux combats à mener

Rappelant qu'il y a encore 36 ans, l'homosexualité était considéré comme une maladie mentale, Franço (...)

Publié le 20 mars 2017

par L'agence AFP