Le chant des sirènes, du 5 au 8 avril

Sylvain Émard : seul en scène

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Le chant des sirènes

On connaît l'oeuvre du chorégraphe, Sylvain Émard. Exigeante, rigoureuse, avec sa grammaire singulière, l'oeuvre est reconnaissable au premier coup d'oeil pour ceux qui ont suivi l'aventure de cet homme. Ce que l'on sait moins, c'est que Sylvain Émard n'est pas remonté sur les planches depuis plus de quinze ans. Le désir était pourtant là, il fallait peut-être quelques étincelles pour passer au-delà des dernières résistances.

Seul en scène, dansant sa propre écriture, Sylvain Émard revient avec Le chant des sirènes, une œuvre dans laquelle il se demande comment se retrouver dans un monde bombardé d'informations, souvent contradictoires, mais qui ne cessent de nous bousculer. Une réflexion par le mouvement sur comment survivre au monde actuel. « L'idée de remonter sur scène est venue petit à petit. Pour des soirées de levées de fonds de ma compagnie, j'ai refait un très court solo, puis quelques temps plus tard, lors d'une rencontre entre chorégraphes et danseurs, les organisateurs avaient demandé aux chorégraphes de présenter leur travail en créant là aussi un court solo, raconte Sylvain Émard, j'ai vu que d'une part j'étais heureux d'être en scène et de danser et que la réception était bonne, et je me suis dit alors pourquoi pas ! ».    
 
 
Depuis quelques années, Sylvain Émard s'interroge sur le corps vieillissant et ce qu'il peut nous apporter encore comme expression. Dans Fragment Volume1 (2010) un solo avait été écrit spécialement pour la comédienne Monique Miller, où la grande dame du théâtre et de la télévision démontrait avec aisance que le corps même avec ses limites pouvait toujours produire des émotions touchant le public. 
 
Sylvain Émard n'est pas le premier chorégraphe à s'intéresser aux limites physiques des danseurs arrivés à un certain âge. Beaucoup raccrochent les chaussons au tournant de la quarantaine, d'autres, de Paul-André Fortier à Louise Lecavalier ou encore Pina Bausch pensent que leur corps soutient encore une écriture chorégraphique. « C'est aussi en mettant en danse le Continental que je me suis rendu compte que même des amateurs âgés pouvaient s'exprimer par le mouvement. Dans l'un des Continental, un des danseurs avait 78 ans ». 
 
Le Grand Continental et ceux qui suivront marquent une étape importante dans la carrière du chorégraphe. S'inspirant très librement de la danse en ligne, il convoque des personnes de tous âges, de diverses origines, mais aussi qui ne sont pas ou peu des danseurs pour imaginer une grande œuvre collective. Le succès est immédiat et Sylvain Émard est appelé à créer le Grand Continental à travers le monde, du Mexique à la Corée du Sud en passant par la Nouvelle-Zélande et les États-Unis. Dans le cadre du FTA, en lien avec le 375e anniversaire de Montréal, un Super Méga Continental aura lieu sur la place des festivals en septembre et qui réunira 375 danseurs, professionnels, amateurs et néophytes. 
 
 
« En danse, nous sommes habitués à voir et admirer des danseurs virtuoses qui nous éblouissent par leurs prouesses, mais la danse, c'est un peu plus que la virtuosité. Avec l'expérience, avec le temps, le corps peut être tout aussi éloquent et moins axé sur la perfor-mance. De nombreux danseurs chorégraphes explorent cette avenue, continue Sylvain Émard, je ne fais pas exception ». 
 
Depuis longtemps, beaucoup regrettaient de ne plus voir le chorégraphe sur scène (j'en suis d'ailleurs et il le sait). Avec Le chant des sirènes, nous sommes loin d'un quelconque chant du cygne, bien au contraire, puisqu'à travers la confusion des temps que nous vivons tous, et ces moments où nous résistons aux différents chants des nombreuses sirènes qui nous entourent, le danseur tente aussi de nous redonner espoir, que le mouvement est porteur aussi de cet espoir, et de faire sien, ce que l'art a toujours été, un art de résistance.
 
Le chant des sirènes  
Chorégraphe et interprète : Sylvain Émard
Du 5 au 7 avril à 19h et le 8 avril à 16h.
À l’Agora de la danse – Le Wilder 
agoradanse.com   514.525.1500