Au volant

Mitsubishi, l'Outsider japonais

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Mirage Mitsubishi

On connaît les véhicules de la 6e marque japonaise. Même si leur diffusion peut sembler confidentiel, il n'en reste pas moins que les véhicules Mitsubishi sont distribués à l'échelle de la planète. Parfois sous un autre nom et sous l'enseigne d'une autre marque. Ainsi Citroën et Peugeot ont intégré à leur gamme le VUS intermédiaire japonais Outlander ne changeant que la calandre et les logos. Depuis décembre 2016, le groupe Mitsubishi-Motors est dirigé par Carlos Goshn, déjà PDG de Renault, et de Nissan qui vient de prendre 34% des parts de contrôle du constructeur.. Le nouveau dirigeant doit redorer l'image de la marque entâchée l'année dernière lorsque l'ancien dirigeant a reconnu que pendant 25 ans, les tests avaient été mani-pulés pour présenter de meilleurs rendements énergétiques. Une pratique dont la marque n'avait pas l'exclusivité.

Il n'en reste pas moins que la marque aux trois diamants est reconnue pour la fiabilité de ses produits et que certains modèles ont connu leur heure de gloire dans le domaine des rallyes. Un nom mythique revient, la Lancer, une voiture qui excellait sur les routes en terrain accidenté.  Si la gamme Mitsubishi disponible au Canada n'est pas aussi étoffée que celle d'autres constructeurs, elle couvre cependant les besoins de chacun. Et la marque n'est pas en reste non plus pour montrer son savoir faire en matière d'automobile verte. Petite visite guidée dans le parc des véhicule que l'on peut se procurer ici. 
 
Vert Beaucoup se sont arrêtés sur cette étrange petite voiture toute en rondeur posée sur de petites roues. Il s'agit de la i-MiEV 100 % électrique. Pour réduire le prix d'achat propre à cette motorisation, et compte tenu de sa vocation surtout urbaine, le constructeur a préféré jouer sur le dépouillement. Plusieurs municipalités se sont dotées de i-MiEV compte tenu de sa grande valeur écologique. Sympathique, la petite berline à hayon est spacieuse, polyvalente avec des performances adéquates en ville. Officiellement, l'autonomie de la i-MiEV est de 150 kilomètres, mais dans des conditions routières et climatiques idéales. Le constructeur précise qu'il suffit de 30 minutes pour recharger 80% de la batterie à partir d'une borne de recharge rapide. Un véhicule à considérer lorsque l'on vit et travaille dans un centre urbain par exemple. 
 
Économique En version de base, la Mitusbishi Mirage est l'une des moins chères dans sa catégorie sur le marché. Moins de 13 000 $ pour la version 5 portes et moins de 15 000 $ dans la version berline avec coffre, baptisée G4. Ses points forts sont une consommation des plus faibles, un espace intérieur mitsubishisurprenamment spacieux compte tenu de ses proportions extérieures. Pour 2017, l'accent a été mis sur sur une meilleure tenue de route, dont un des effets notables est une moins grande sensibilité aux vents latéraux, une meilleure finition et plus d'équipements
 
Sportive   On ne change pas un modèle qui gagne. La Lancer s'est refait un lifting pour 2017 mais pas suffisamment pour faire oublier son âge. Entre autres sa ligne, ou encore son insonorisation défaillante montrent des signes de fatigue. Il n'est pas dit que dans les mois à venir un tout nouveau modèle soit lancé. Chose certaine, ce n'est pas pour son look qu'on se préciptera sur elle mais bien pour ce qu'elle a dans le ventre ou sous le capot. Il faut dire que la bête a depuis longtemps fait ses preuves et qu'il serait peut-être dangereux de lui limer les griffes. La Lancer offre tout d'abord une super tenue de route. Sa fiabilité est citée en exemple. Enfin, que ce soit en berline ou en hatchback (ou Sportback selon le constructeur), c'est une des seules compactes à rouage intégral. Le plaisir est donc dirigé vers le conducteur qui éprouvera sans nul doute des frissons à son volant.
 
mitsubishiTendance Bien avant que tous les constructeurs s'emparent du créneau, Mitsubishi a proposé un petit VUS, le RVR. Rafraîchi il y a peu, le véhicule est abordable puisque le RVR de base se détaille en dessous de la barre des 20 000 $. Mais il faudra débourser plus pour obtenir une des versions à rouage intégral. À considérer puisque le constructeur est une référence en la matière et que ce n'est pas un luxe au regard de nos hivers. Ce qui est remarquable pour un petit véhicule, c'est l'espace intérieur qui profite aussi bien aux passagers qu'aux objets à transporter. Dans le vaste choix aujourd'hui des petits VUS, la proposition de Mitsubishi se taille une belle position quand vient le temps d'en sélectionner un. 
 
Valeur sûre  Il est peut-être celui des Mitsubishi que l'on connaît le mieux, le VUS intermédiaire Outlander. Depuis 2002, l'année où Mitsubishi, déjà présent aux États-Unis, décide de conquérir le Canada, l'Outlander est devenu un familier de nos routes. Si la face avant a été souvent revue, après des excès peu sensés, l'Outlander se révèle l'un des meilleurs de sa catégorie, répondant à toutes les exigences de ce type de véhicule, et ce, par tous les temps grâce à la traction intégrale. Généreux en espace, il a subi quelques changements pour 2017, entre autres une finition en hausse. Nouveauté, un Outlander hybride rechargeable est maintenant disponible. Sinon, deux motorisations sont proposées, un quatre cylindres de 166 chevaux, ou un six cylindres de 224 chevaux accompagnées d'une transmission automatique à variation continue très efficace. Outre l'espace, le comportement routier sécuritaire, la possibilité d'une configuration au choix pour 5 ou 7 passagers, l'Outlander offre une des meilleures garanties de l'industrie. 
 
On ne peut pas dire que Mitsubishi se laisse impressionner par les phénomènes de mode et de tendance qui jalonnent aujourd'hui l'industrie automobile. Au contraire, il ne cesse de peaufiner des modèles existants, ou encore de sortir des sentiers battus. Une persévérance qui porte fruit avec des véhicules réputés pour leur fiabilité.