Dernière chance d'ici le 1er octobre

Mode Expo 67 : retour vers la mode du «futur»

André-Constantin Passiour
Commentaires

L’Expo 67, c’était la découverte du monde sans voyager, à travers des dizaines de pavillons diversifiés, des boutiques de cadeaux, des espaces restaurants, des spectacles de danse traditionnelle, etc. C’était aussi des millions de visiteurs du Canada, des Etats-Unis, d’Europe et d’ailleurs… On dirait que la planète convergeait vers Montréal ! Mais Expo 67, c’est aussi une époque dans les années 1960, c’est un style vestimentaire qu’aborde l’exposition «Mode Expo 67», jusqu’au 1er octobre, le Musée McCord. Les plus vieux se rappelleront les costumes colorés et stylisés des nombreuses «hôtesses» sur le site des îles Notre-Dame et Sainte-Hélène (aujourd’hui le parc Jean-Drapeau). Au Québec, cette expo- sition internationale a inspiré plusieurs designers qui ont, d’ailleurs, conçu certains costumes de pavillons…

expos 67«Expo 67 représente un tournant majeur dans notre histoire, déclare Suzanne Sauvage. Cette exposition universelle a eu des retombées architecturales, urbanistiques, culturelles et sociales considérables et toujours présentes. Pourtant, même si la mémoire d’Expo 67 demeure très vivante, peu de gens se souviennent qu’il s’agit également d’un moment phare de la mode. Grâce à la richesse de collection Costumes et textiles du Musée et à un important travail de recherche effectué par Cynthia Cooper, chef Collections et recherche et conservatrice, Costumes et textiles au Musée McCord, cette exposition nous fera découvrir ce que la mode a représenté au cours de cette période et l’élan remarquable qu’elle a donné aux créateurs du Québec», a expliqué Suzanne Sauvage, la directrice et chef de la direction du Musée McCord.
 
«L’exposition du Musée McCord réunit plus de 60 costumes, uniformes d’hôtesses de différents pavillons, des vêtements griffés de designers québécois et une gamme de produits issus de tous les secteurs de la mode canadienne, dont des chapeaux, gants, parapluies, sacs et bijoux, de même de la fourrure. Les différentes zones de l’exposition seront également appuyées par la présentation de croquis, de photographies, de vidéos d’archives, et de divers documents», d’écrire le département des communications du Musée.
 
expos67Des personnages importants et officiels affluent alors de partout dans le monde pour venir voir Expo 67. Ceux-ci sont reçus par une personne de premier plan qu’est le maire de Montréal à l’époque, Jean Drapeau, celui-ci est accompagné de son épouse Marie-Claire Boucher Drapeau. Mme Boucher Drapeau sera vêtue par le designer Michel Robichaud : robes du soir ou tenues de cocktails ou de dîners officiels, «qui témoignent de sa fierté à l’endroit de Montréal et de ses créateurs», peut-on lire sur le communiqué de l’exposition. Ainsi, en plus des autres costumes, quatre des robes portées jadis par la 1ière dame de Montréal y seront présentées. C’est d’ailleurs le même couturier Michel Robichaud qui a signé l’uniforme des hôtesses d’Expo 67, celui du pavillon du Canada, ceux du pavillon thématique des Amérindiens du Canada ainsi que celui de l’Allemagne ! Mais il n’y a pas que le Canada qui fait appel à ses designers, d’autres pays emboîtent le pas : on recrute Bill Blass pour les Etats-Unis, Roger Nelson pour le Royaume-Uni, Sorelle Fontana pour l’Italie et Jean-Louis Scherrer pour le pavillon de la France.
 
À part M. Robichaud, les noms d’autres designers de l’heure circulent tels les Jacques de Montjoye, Serge & Réal, Marielle Fleury et John expos67Warden. Ce sont Serge & Réal qui réaliseront l’uniforme des hôtesses du pavillon du Québec. John Warden, quant à lui, crée les tenues du pavillon de l’industrie des pâtes et papiers du Canada et celles du Canadien National. En complément à l’exposition, le Musée McCord a réalisé des entrevues avec les designers Michel Robichaud, Serge & Réal, Marielle Fleury et Jacques de Montjoye.
 
La mode prend donc l’avant-scène durant l’Expo 67, mais on avait préparé le terrain puisque «[…] dès 1966, le ministère de l’Industrie et du Commerce du Québec finance la tournée européenne de deux jeunes créateurs, Marielle Fleury et Michel Robichaud, qui créent chacun une garde-robe de voyage, réali-sée dans des tissus fabriqués au Canada, accompagnée d’accessoires, chapeaux, chaussures et bijoux de créateurs locaux. Ils se rendent à Londres, Paris, Bruxelles et Milan, jouant par le biais de la mode, le rôle d’ambassadeurs d’Expo 67 dont ils font la promotion à l’étranger. Trois éléments de cette garde-robe seront montrés dans l’exposition, accompagnés de plusieurs documents d’archives», peut-on lire dans le descriptif de l’exposition du Musée.
 
Comme d’habitude, des activités viendront se greffer à l’exposition. Le 30 mars, le Musée McCord présente un 5 à 9 appelé «Montréal Fashion Tech», ce sera la soirée officielle de lancement du Printemps numérique 2017 et ce, en collaboration avec plusieurs partenaires, dont la Ville de Montréal. Avec la contribution ici de Valérie Lamontagne/3lectromode Wearables. Ensuite, le 12 avril, la conservatrice Cynthia Cooper offrira la conférence intitulée «Dialogue autour de l’exposition Mode Expo 67».  
 
N’est-ce pas que ça donne le goût d’y aller? Expo 67 fut l’un des moments historiques marquant de la métropole – qui a mis Montréal sur la «map», comme on pourrait dire familièrement – qu’il est bon de souligner alors que l’on célèbre le 375e anniversaire de Montréal ! 
 
Mode Expo 67
Jusqu’au 1er octobre, au Musée McCord, 690, rue Sherbrooke Ouest (métro McGill), Montréal. 514-398-7100 ou www.musee-mccord.qc.ca