Éric Duhaime

Cogeco fait amende honorable au nom de son animateur concernant Jasmin Roy

André-Constantin Passiour
Commentaires

La semaine dernière Jasmin Roy publiait une lettre publique en réponse au livre et aux affirmations de l’animateur du FM93 à Québec, Éric Duhaime qui insinuait, lors de la promotion de son livre, que l’argent de la Fondation servait à d’autres fins, y compris pour répliquer à ce dernier.

Le FM93 a  fait amende honorable au nom de son animateur Éric Duhaime, à l’endroit de Jasmin Roy, mardi midi. La chaîne a diffusé le message préenregistré juste avant l’émission Duhaime-Drainville, que co-anime Éric Duhaime, pour démontrer sa bonne foi à l’égard de la Fondation Jasmin Roy :

 «La semaine dernière, dans le cadre de l’émission que vous écoutez présentement, les animateurs ont mentionné que la Fondation Jasmin Roy avait utilisé les contributions provenant de fonds publics pour acheter une commandite Facebook jointe à un texte signé par Jasmin Roy et publié sur le site du Huffington Post. Or, la Fondation Jasmin Roy tient à préciser que les fonds publics reçus de ses partenaires sont consacrés à des projets spécifiques destinés à lutter contre l’intimidation scolaire, et non pas à l’achat de publicité. Le FM93 est désolé des inconvénients qui ont pu être causés par ces propos.»

Jasmin Roy et la Fondation qui porte son nom et qui lutte contre l’intimidation dans les écoles,  avait envoyé une mise en demeure à Cogéco et Éric Duhaime suite aux propos qui le dénigraient ainsi que la fondation et son œuvre. On se souviendra que l’animateur de Québec Éric Duhaime a publié un essai la semaine dernière, intitulé «La fin de l’homosexualité et le dernier gay». Dans cet ouvrage, il parle de sa facilité à vivre ouvertement son homosexualité et écorche ce qu’il appelle le «lobby gai», soit les organismes de défense des droits LGBT menant un combat pour la reconnaissance sociale des personnes LGBT au Québec.

Le 24 mars dernier, nous publions sur Fugues.com la lettre ouverte de Jasmin Roy en réponse au livre et aux affirmations de l’animateur du FM93. Jasmin Roy y notait que, s’il y avait des avancées au point de vue juridique, il restait encore bien du travail à faire contre l’intimidation et l’homophobie dans les écoles et que bien des jeunes LGBT, comparés aux jeunes hétérosexuels, avaient des pensées suicidaires, entre autres. «La chaire de recherche sur la sécurité et la violence en milieu éducatif de l'Université Laval a révélé que les injures homophobes faisaient encore partie, en 2017, des injures les plus prononcées dans les écoles primaires et secondaires du Québec. Selon les données de Statistique Canada, 32% des jeunes adolescents LGBT ont des pensées suicidaires, comparativement à 7% chez les autres jeunes. Selon Statistique Canada, 13% des crimes au Canada sont motivés par la haine de l'orientation sexuelle», rappelait ainsi M. Roy.

En outre, par la voix de ses avocats, Cogeco a fait savoir ce qui suit à Jasmin Roy :

«Nous tenons à préciser que Cogeco, le FM93 et M. Éric Duhaime reconnaissent l’importance de la mission de la Fondation Jasmin Roy et la diffusion de propos de la semaine dernière n’avaient nullement pour objectif de nuire au travail effectué par cette organisation. En outre, nous vous confirmons que la chronique du 22 mars 2017 (intitulé : Jasmin Roy utilise l’argent de sa fondation pour répliquer à Éric Duhaime) a été retirée du site Internet du FM93, et ce, dès le 24 mars 2017.

De plus, nous avons procédé aujourd’hui à 11h39 à la diffusion sur les ondes du FM93, dans le cadre de l’émission Duhaime-Drainville le midi, de la mise au point suivante : La semaine dernière, dans le cadre de l’émission que vous écoutez présentement, les animateurs ont mentionné que la Fondation Jasmin Roy avait utilisé les contributions provenant de fonds publics pour acheter une commandite Facebook jointe à un texte signé par Jasmin Roy et publié sur le site du Huffington Post. Or, la Fondation Jasmin Roy tient à préciser que les fonds publics reçus de ses partenaires sont consacrés à des projets spécifiques destinés à lutter contre l’intimidation scolaire, et non pas à l’achat de publicité. Le FM93 est désolé des inconvénients qui ont pu être causés par ces propos.»