Indonésie

Un couple homosexuel menacé d'être puni publiquement de 100 coups de canne

L'agence AFP
Commentaires

Deux hommes indonésiens sont menacés de recevoir 100 coups de canne en public après avoir été signalés à la police pour avoir eu une relation homosexuelle.

Les hommes âgés de 18 et 19 ans ont été dénoncés par leur voisin, qui ont filmés leur arrestation, le 28 mars dernier.

Une vidéo montre l'un des hommes nus et visiblement en difficulté car il appelle apparemment à l'aide sur son téléphone portable.

Le deuxième homme est poussé à plusieurs reprises par un autre homme qui empêche le couple de quitter la pièce.

Le responsable de l'application de la charia dans la province d'Aceh a déclaré que les deux hommes avaient "avoué" être un couple gay.

"Sur la base de notre enquête, de témoignages et de preuves, nous pouvons établir qu'ils ont violé la loi islamique de la charia et nous pouvons les traduire devant les tribunaux", a-t-il déclaré.

La province d'Aceh en Indonésie a été autorisée à mettre en œuvre la loi de la charia en 2014.

C'est la seule province du pays à majorité musulmane à le faire, après avoir obtenu cette concession du gouvernement central dans le cadre d'un accord d'autonomie en 2005.

Des sanctions publiques à coup de canne comme celle de la photo ci-dessus d'un homme accusé d'adultère ont été organisées depuis.

Désormais, des hommes accusés de relation homosexuelle peuvent subir le même sort et se voir infligé 100 coups avec une canne en public.

Si l'Indonésie ne criminalise pas l'homosexualité, la charia, elle, le fait.

L'Association indonésienne des psychiatres classifie l'homosexualité, la bisexualité et la transsexualité comme des maladies.

Le gouvernement a fermé plusieurs sites LGBT et demandé la suppression de tous les émoticons spécifiques -tels ceux représentant des hommes se tenant par la main ou brandissant le drapeau arc-en-ciel- aux applications de messagerie instantanée.

Le conseil des oulémas d'Indonésie, la plus haute instance de l'islam, demande la criminalisation des relations sexuelles entre personnes du même sexe. Elles sont non seulement "déviantes" mais anticonstitutionnelles, a-t-il soutenu.

D'après les médias, les parlementaires réfléchissent à une loi sur le sujet. 

Human Righ Watch (HRW), association mondiale de défense des droits de l’homme, a demandé à ce que les deux hommes arrêtés le 28 mars soient relâchés.