Affaires - Grande-Bretagne

Lord Browne souhaite que plus de gens d'affaires gais fassent leur sortie du placard

Yannick LeClerc
Commentaires

L’homme d'affaires qui avait été publiquement outé par un journal a dit souhaiter qu’un plus grand nombre de personnes homosexuelles dans le milieu des affaires soient ouvertes publiquement à propos de leur orientation sexuelle

Lord John Browne, qui a été outé par le journal The Mail, en 2007, a déclaré lors d'un entretien avec la BBC qu'il était important pour les homosexuels d'avoir des modèles «au plus haut niveau de la hiérarchie» dans les grandes entreprises. «Les gens se joignent aux entreprises lorsqu’ils sont convaincus qu’il s’agit de milieux ouverts à la diversité sexuelle et que parmi les dirigeants, il est possible d’être ouvertement gai», a-t-il poursuivi.

Si un homme gai ou une femme lesbienne, ne voit pas de personnes homosexuelles aux meilleurs niveaux d'activité dans leur entreprise, elles vont probablement vouloir aller travailler ailleurs, à un certain moment dans leur carrière, interprétant la situation comme un manque d’ouverture et un frein à leur propre avancement au sein de l’entreprise a-t-il poursuivi en substance. «Nous avons besoin de plus de modèles, que plus de personnes  — des gens qui ont réussis — en position de haute direction à faire publiquement leur sortie du placard.

L’homme, anciennement président-directeur général de BP, avait caché sa sexualité plus de cinquante ans avant d’accepter d’en parler, forcer d’aborder la question, suite à la publication dans le journal d’un article et d’une photo où il embrassait son conjoint de l’époque, Jeff Chevalier,  avec qui il était en couple depuis trois ans et qui avait été escorte dans le passé.

 

Dans une tentative d'annuler l'histoire, il a demandé une injonction - mais a menti à ses avocats sur l'endroit où lui et son conjoint s’étaient avait rencontrés, en disant qu'ils avaient rencontré en joggant dans le parc Battersea, alors qu’ils s’étaient rencontrés sur un site d'escortes. Bien qu'il ait rapidement rétracté le mensonge, l'injonction a été annulée et le journal a indiqué qu'il avait menti dans des documents judiciaires. Il a été forcé de démissionner de la présidence de BP.