Tchétchénie

Le journal russe qui a révélé les persécutions anti-gay est menacé

L'agence AFP
Commentaires

Les éditeurs du journal russe Novaya Gazeta qui est à l'origine des révélations sur les persécutions anti-gay en Tchétchénie craignent pour la sécurité de leur personnel.

Le journal a révélé que des centaines d'hommes homosexuels ont été détenus et certains tués dans la république caucasienne de la fédération de Russie.

Depuis la publication des informations et de témoignages sur sur le sujet, le personnel du journal a subi de sérieuses menaces allant jusqu'à des menaces de mort.

Dans un communiqué publié par les éditeurs, ils évoquent un rassemblement de plus de 15.000 personnes autour de Ramzan Kadyrov - le leader tchétchène - au cours de laquelle il s'en serait pris au journal et aurait qualifié ses membres d'"ennemis de notre foi et de notre pays".

Le rassemblement a encouragé à commettre des actes de violence à l'encontre des journalistes qui seraient des "calomniateurs".

Des religieux et politiques tchétchènes ont promis de châtier les responsables des révélations "où qu’ils soient et sans délai".

"Il nous semble évidentque cette résolution encourage les fanatiques religieux au massacre des journalistes", s’inquiète le journal qui a alerté le Kremlin qui a mollement réagi en affirmant que "si des accusations calomnieuses ont été faites, il existe des moyens légaux pour les contrer".

Néanmoins, les éditeurs de Novaya Gazeta continue de travailler en Tchétchénie et à couvrir cette vague de persécutions anti-gay. "Le silence et l’inaction de tous les protagonistes qui ont le pouvoir d’agir deviennent complices de cette situation", affirme courageusement l'équipe.