Physotech, centre d’esthétique au masculin

L’art du barbier est de retour !

André-Constantin Passiour
Commentaires
polka

Le centre d’esthétique au masculin Physotech célèbre cette année ses 34 ans d’existence, déjà. Cette «institution» du Village par sa longévité se renouvelle constamment pour être à l’affût des tendances actuelles.

Même chez les hommes gais, la barbe continue d’être en vogue. Qu’à cela ne tienne, voilà quelque temps d’ailleurs que Physotech a vu se rétrécir sa section coiffure au profit de deux barbiers d’expérience. Car il ne suffit pas de laisser allonger son poil facial, faut-il encore l’entretenir pour qu’il demeure soyeux et en santé ! C’est ce que propose donc Physotech.
 
«Le barber shop de style vintage est revenu à la mode. Mais c’est tout un art parce que ce sont de véritables traitements faciaux avec la serviette chaude, les lames, etc., ce sont des soins pour la peau. À l’époque des rois, le barbier était l’une des personnes des plus importantes de l’entourage du souverain, justement, parce qu’il fallait en prendre bien soin. Avec la mode des barbes et des cheveux courts, le style barber shop est revenu à la mode. Les gars reviennent ici aux trois semaines pour se faire couper les cheveux et trimer la barbe et la traiter pour qu’elle reste belle», affirme Pierre Lacroix, le copropriétaire de Physotech. «On redonne au barbier ses lettres de noblesse quoi ! », lance Réal Veilleux, l’autre copropriétaire de Physotech.
 
On a requis ici les services de deux barbiers possédant beaucoup d’années d’expérience en ce domaine, soit Jean-Patrice et Robert pour servir la clientèle. «Il y a toute une gamme de nouveaux produits pour traiter la barbe, pour la huiler», de souligner Pierre Lacroix. «Au fil des ans, il y a eu une évolution dans les traitements, entre autres, avec American Crew, pour aussi colorer les barbes. On peut ainsi camoufler de 50% à 100% du gris – selon les préférence du client – et ce, de manière naturelle, sans produits chimiques et c’est excellent pour les barbes», renchérit Réal Veilleux.
 
Curieusement, il y a ceux qui, suivant la mode «hipster», se laissent pousser la barbe et ceux qui, ne voulant pas avoir à se la raser, désirent s’en débarrasser et font appel au laser. Oui, oui, vous avez bien lu. «Bien des jeunes veulent garder justement ce look jeune et l’étirer le plus longtemps possible. Ils ne veulent pas se raser tous les jours et ils viennent ici pour un traitement d’épilation au laser intelligent (smart laser), explique Pierre Lacroix. Ils n’auront plus ce fardeau de se raser quotidiennement et, en même temps, le fait de ne pas avoir de barbe offre un aspect de jeunesse prolongé.» On parle ici de laser «intelligent» puisque la calibration du laser s’ajuste automatiquement au type de peau et de poil afin d’obtenir un résultat optimum. Ce type de laser est aussi utilisé dans le domaine de la santé pour la couperose, les taches pigmentaires, etc., soit le photorajeunissement de la peau…
 
Physotech est dépositaire des produits Yon-Ka depuis nombre d’années déjà. Cette marque nous propose maintenant Essential White, soit la Crème Lumière et le Correcteur Cible. «Essentiellement, cette collection de Yon-Ka sert à traiter les peaux vieillissantes, pour éclaircir le teint et atténuer les taches, commente Pierre Lacroix. Par exemple, ceux qui ont des taches sur les mains, on peut les réduire grâce à Essential White. Il en est de même pour le visage. On peut appliquer une série de six traitements espacés aux deux semaines et cela éclaircira la peau. On peut le faire dès l’âge de 40 ans pour conserver un air de jeunesse…» 
 
Situé dans les locaux actuels depuis neuf ans maintenant, «Physotech a un projet pour le futur», de dire énigmatiquement Réal Veilleux sans vouloir en révéler plus. Ce sera donc à surveiller.
 
Physotech  1475, rue Amherst, Montréal. T. 514-527-7587 ou www.physotech.com.


 

  Envoyer cet article

polka

Physotech, centre d’esthétique au masculin

L’art du barbier est de retour !

Même chez les hommes gais, la barbe continue d’être en vogue. Qu’à cela ne tienne, voilà quelque tem (...)

Publié le 21 avril 2017

par André-Constantin Passiour