Perte de cheveux

Votre crinière se dégarnit, vous n’êtes pas seul

Yves Lafontaine
Commentaires
older man

Un homme sur deux connaîtra, avant l’âge de 50 ans, un problè-me de chute de cheveux. Si la calvitie ne touche que 15 % des hommes de moins de 20 ans, cela monte à 30 % chez les trentenaires, à 40 % chez les quadras, à 50 % chez les quinquas, pour atteindre 80 % des hommes de plus de 70 ans!  

D’ailleurs, près de 95 % des cas, la perte de cheveux chez l'homme est attribuable à la calvitie commune, aussi connue comme l'alopécie androgénogénétique. Cette forme de calvitie se caractérise par une perte progressive des cheveux. Des recherches ont démontré qu’une hormone dérivée de la testostérone joue un rôle important dans l’apparition de la perte des cheveux. Cette hormone, la dihydrotestostérone a pour effet de raccourcir le cycle de croissance des cheveux, ce qui entraîne une miniaturisation graduelle des follicules pileux et, finalement, la perte des cheveux.
 
Bien que la perte de cheveux imputable à la calvitie commune puisse survenir à tout âge après la puberté, elle commence le plus souvent vers le milieu de la vingtaine. Cela dit, comme la chute des cheveux est progressive, elle met plusieurs années à atteindre les stades plus avancés. Sachez toutefois que, plus la chute démarre tôt, plus le pronostic risque d’être sévère. Si certains acceptent assez bien le fait d’être chauves, l’effet psychologique de la calvitie est parfois important, voire désastreux, chez d’autres. L’accepter, n’est pas une option pour tous… Quelles options s’ouvrent à eux?
 
Il existe deux médicaments capables de freiner la chute des cheveux, le Rogaine et le Propecia. Ces médicaments ne permettent pas de regagner le terrain perdu; ils ne font qu’arrêter la perte de cheveux. Et dès qu’on suspend le traitement, la chute reprend. Tous deux ont aussi leurs inconvénients: la crème laisse le cheveu gras et la pilule peut provoquer des troubles sexuels et même le cancer du sein chez l’homme.
 
Il y a la greffe de cheveux sachant qu’on s’en tire rarement avec une seule transplantation. Le principe de la greffe est assez simple: cela consiste à prendre des cheveux dans la couronne pour les planter devant. Tout est dans l’art du replantage. Il faut connaître l’angle de sortie du poil et la direction qu’il va prendre. Sur la tempe, les cheveux n’ont pas le même angle que sur le reste de la tête. On doit respecter ces caractéristiques. Les spécialistes en «solutions capillaires», doivent souvent modérer les attentes de leurs clients, dont les espoirs sont parfois irréalistes: une couronne de cheveux n’est jamais assez touffue pour fournir toute la tête. Il est impossible de ramener une tête à son état d’origine. Au mieux, on peut la rétablir au stade où la calvitie est sur le point de paraître, soit au niveau d’une perte de 50 %. Et si la couronne n’est pas assez fournie, il vaut mieux penser à autre chose. Quant aux jeunes, il est préférable d’attendre pour voir la tendance.
 
Outre la greffe, l’autre grande classe de correctif, c’est la perruque, aussi appelée «prothèse capillaire», «pièce de cheveux», «membrane capillaire», «volumateur», «toupet», «cheveux de contact». Chaque centre capillaire ou perruquier a son jargon pour désigner des nuances de taille, de matériaux et de fixation.
 
Depuis près de 10 ans, on offre aussi la micropigmentation capillaire, un nouveau type de correctif commercialisé sous la marque FUR (reproduction des unités folliculaires). En deux séances, on vous tatoue sur le crâne des milliers de petits points qui imitent une toison rasée de frais.
 
Des chirurgiens expérimentent d’autres techniques et on fait des recherches sur le clonage de cellules souches et l’injection de plasma riche en plaquettes, qui nourrit les follicules pileux. Mais à date aucune étude ne montre de différence notable.
 
Si tous les hommes ont quatre «chances» sur cinq de finir chauve, sachez que la perte de cheveux n’a aucune conséquence sur la santé physique, à part d’exposer le crâne aux rayons solaires. 
 


 

  Envoyer cet article

older man

Perte de cheveux

Votre crinière se dégarnit, vous n’êtes pas seul

D’ailleurs, près de 95 % des cas, la perte de cheveux chez l'homme est attribuable à la calvitie com (...)

Publié le 21 avril 2017

par Yves Lafontaine