Tortures et enlèvements en Tchétchénie

Le Collectif Carré Rose a tenu une vigile de solidarité le 21 avril

André-Constantin Passiour
Commentaires
Vigile Carré rose
Photo prise par © Serge Blais
Collectif Carré Rose
Photo prise par © Serge Blais
Vigile
Photo prise par © Serge Blais
  • Vigile Carré rose
  • Collectif Carré Rose
  • Vigile

Malgré le temps plutôt maussade et humide, plusieurs dizaines de personnes se sont données rendez-vous, dès 18h, au parc de l’Espoir, en appui aux homme gais victimes de tortures, d’enlèvements et de détention forcée en Tchétchénie. Il s’agissait d’une initiative du Collectif Carré Rose. On a ainsi demandé, entre autres, aux politiciens comme Justin Trudeau et Philippe Couillard, de condamner haut et fort cette répression organisée par le président tchétchène, Ramzan Kadyrov. 

On a symboliquement allumé 100 bougies, en l’honneur de la centaine d’hommes emprisonnés dans cette république du Caucase – membre de la Fédération de Russie – dans ce qui semble être des «camps de concentration».

«Combien de morts ça va prendre [pour que le monde réagisse] ?», a lancé le porte-parole du Collectif, Louis-Alain Robitaille devant le public rassemblé ainsi au coin des rues Sainte-Catherine et Panet. Selon certains rapports, on fait déjà état de trois hommes décédés suite aux mauvais traitements qu’ils ont subi aux mains de militaires du gouvernement. «Aujourd’hui même, le président tchétchène affirmait qu’il éliminerait la communauté gaie avant le ramadan (le mois du jeûne musulman) et le ramadan, cette année, commence à la fin mai et tous les moyens sont en place pour y arriver», a déclaré de manière enflammée Louis-Alain Robitaille.

«Nous sommes ici en présence d’un crime contre l’humanité qui doit être enquêté par la Cour pénale internationale (CPI) et le Canada, en leader mondial des droits de l’Homme, doit rapidement rallier ses alliés et prendre tous les moyens nécessaires pour que ces violences cessent immédiatement. MM. Trudeau et Couillard, nous sommes ravis de votre présence dans le défilé de la Fierté, mais nous comptons aussi sur vous pour protéger nos droits durant le reste de l’année, pour être nos alliés même quand le spectacle est terminé, même quand c’est difficile. Des hommes sont torturés chaque jour en Tchétchénie […] il est urgent d’agir», a poursuivi ce porte-parole du Collectif Carré Rose.

«Ce qui nous importe ici, ce soir, ce sont nos frères tchétchènes qui sont martyrisés en Tchétchénie […] Face aux traitements barbares infligés aux hommes gais en Tchétchénie […], dans des camps de concentration et c’est la première fois qu’il y a des camps de concentration depuis la Deuxième Guerre mondiale et c’est renversant d’entendre ça», avait dit M. Robitaille en introduction.

Avant d’observer une minute de silence en l’honneur de ces hommes gais tchétchènes emprisonnés, M. Robitaille a enjoint les gens de signer les diverses pétitions en ligne pour la libération de ces hommes, de faire des pressions sur les élus ainsi que d’écrire ou de téléphoner à l’ambassade de Russie. «Nous sommes la voix de ces victimes qui n’en ont pas. Si nous nous taisons, si nous les oublions, ils seront éliminés ! L’union fait la force», a scandé Louis-Alain Robitaille. 

Cette vigile des plus pacifiques s’est terminée alors qu’on a chanté «L’hymne à l’amour» du poète québécois Raymond Lévesque.