Politique internationale

Le Gouvernement du Québec dénonce fermement la persécution des minorités sexuelles en Tchétchénie

L'équipe de rédaction
Commentaires
Stéphanie Vallée
Photo prise par © Stéphanie Vallée
Christine St-Pierre
Photo prise par © Christine St-Pierre
  • Stéphanie Vallée
  • Christine St-Pierre

La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, et la ministre de la Justice, procureure générale du Québec et ministre responsable de la Lutte contre l'homophobie, Stéphanie Vallée, dénoncent les violences présumées contre des personnes de minorités sexuelles en Tchétchénie. Le journal russe indépendant Novaïa Gazeta a rapporté que des milices et des forces de sécurité locales en Tchétchénie enlèvent des hommes perçus comme homosexuels ou bisexuels. Ceux-ci seraient ensuite mis en détention arbitraire et ils subiraient de la violence, de la torture et d'autres mauvais traitements

Le Gouvernement du Québec dénonce fermement la persécution des minorités sexuelles en Tchétchénie. De nombreuses organisations internationales, des organisations non gouvernementales et certains gouvernements, dont celui du Canada, ont condamné vivement ces persécutions.

« Le respect des droits de la personne et de la démocratie constitue une valeur fondamentale de la société québécoise. Le Gouvernement du Québec s'est engagé, notamment dans sa nouvelle Politique internationale et lors du XVIe Sommet de la Francophonie à Antananarivo, à travailler avec force à la protection des droits des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et transgenres (LGBT). Cette situation inacceptable nous rappelle qu'il est nécessaire de poursuivre nos efforts quant à la défense des droits et libertés des personnes LGBT à travers le monde et de promouvoir des valeurs de tolérance et d'inclusion. »  — Christine St-Pierre, ministre des Relations internationales et de la Francophonie

« La répression et la torture commises à l'encontre des personnes de minorités sexuelles en Tchétchénie constituent de graves violations des droits universels. Je suis indignée de constater qu'en 2017, les droits les plus fondamentaux puissent être compromis sur le motif de l'orientation sexuelle ou de l'expression et de l'identité de genre. Le Québec dénonce fermement ces actes odieux. Nous devons nous élever contre cette situation intolérable et joindre notre voix à celles d'organismes de tous les milieux pour condamner l'homophobie et la transphobie sous toutes leurs formes. »  — Stéphanie Vallée, ministre de la Justice, procureure générale du Québec et ministre responsable de la Lutte contre l'homophobie

En novembre dernier, le Gouvernement du Québec a porté un message d'ouverture auprès des décideurs francophones sur la protection des droits des personnes LGBT. La Politique québécoise de lutte contre l'homophobie a été adoptée en 2009. Le Gouvernement du Québec présentera prochainement son nouveau Plan d'action gouvernemental de lutte contre l'homophobie et la transphobie 2017-2022. Les droits et libertés de la personne (y compris l'égalité femme-homme et les droits des personnes LGBT) occupent une place importante dans la nouvelle Politique internationale du Québec. La Loi 103, adopté par notre gouvernement le 10 juin 2016, modifie la Charte des droits et libertés de la personne afin d'y inclure une protection explicite contre la discrimination fondée sur l'expression et l'identité de genre.

Pour consulter la Politique québécoise de lutte contre l'homophobie : www.justice.gouv.qc.ca/homophobie

Pour consulter la Politique internationale du Québec : www.mrif.gouv.qc.ca/politique-internationale