États-Unis

Trump veut permettre aux groupes religieux de s'impliquer en politique

L'agence AFP
Commentaires

Le président des États-Unis Donald Trump doit publier jeudi un décret facilitant l'implication des groupes religieux dans la vie politique, a annoncé un haut responsable de la Maison Blanche. Un danger pour les droits des minorités sexuelles

Le décret vise à contourner une disposition fiscale nommée l'amendement Johnson, du nom de l'ancien président des Etats-Unis Lyndon Johnson (1963-1969), et à "protéger et promouvoir vigoureusement la liberté religieuse".

Cet amendement, qui date de 1954, permet d'exempter d'impôts les associations à but non lucratif, dont les Eglises, à condition qu'elles ne participent pas à des campagnes politiques.

Cette annonce interviendra le premier jeudi de mai, qui correspond aux Etats-Unis à la journée nationale de la prière instituée en 1952 sous le président Harry Truman (1945-1953).

Ce changement doit aussi permettre à des propriétaires d'entreprises d'agir plus facilement en conformité avec leurs croyances religieuses, comme par exemple refuser de financer la prise en charge de la contraception de leurs employés.

L'administration de l'ancien président Barack Obama (2009-2017) avait prévu, dans sa loi sur l'assurance maladie, que toutes les entreprises commerciales prennent en charge des moyens de contraception. Mais en 2014, la Cour suprême des Etats-Unis avait jugé que la liberté de religion s'appliquait aussi aux entreprises.

La Haute Cour avait alors donné raison à la chaîne familiale de matériels d'arts créatifs Hobby Lobby et à sa librairie religieuse Mardel, ainsi qu'à une petite entreprise de fabrication de placards, Conestoga, qui refusaient, au nom de leurs convictions religieuses, de se conformer à la loi Obama sur l'assurance santé en ce qui concerne quatre moyens de contraception: deux pilules du lendemain et deux types de stérilet, qu'elles assimilent à un avortement.

Des militants LGBT craignent pour leur part que l'administration Trump s'en prennent aux droits des minorités sexuelles. Donald Trump doit accueillir jeudi matin différents responsables religieux.