MAIPOILS

En mai, tes poils se dévoilent!

Julie Vaillancourt
Commentaires

Le 1er mai au Café Reine Garçon avait lieu le lancement de la première édition de Maipoils. Après Movember et la Journée sans maquillage, Maipoils propose un mois de mai AVEC le port de vos poils, où vous mettrez au placard rasoirs et cire épilatoire.


Imaginé à Montréal et proposant à tous de se « réapproprier son corps au naturel », Maipoils ne cache pas son côté ludique et revendicateur, afin de questionner les dictats sociaux associés à la beauté: «Ai-je le droit d’être belle et féminine avec mes poils? Notre société est-elle prête à ça? », demande par voie de communiqué l’initiatrice du projet, la comédienne de 23 ans Paméla Dumont. « J’aimerais apprendre ou réapprendre ce que les poils peuvent avoir de drôle, de réconfortant, de doux, de chaud, de soyeux, de coloré, d’extravagant, de banal, de beau… J’aimerais juste qu’on redonne une chance à nos poils et que, pour un bref, tout bref instant, on cesse de les opprimer. (…) Et là, bien sûr, il est facile de critiquer les réactions et les jugements existants, mais il est nécessaire d'en parler, car leur source semble être liée à notre peur de la différence. Les femmes ne sont pas « poilues », alors si on veut être dans le corps qui est le nôtre sans l'altérer régulièrement, comment alors est-on ou demeure-t-on femme ? » Un discours nécessairement féministe questionnant les carcans de beauté afin de proposer de nouveaux modèles de masculinité et de féminité.

 

À l’heure où la chirurgie esthétique est le fast food par excellence de la beauté, préférer son corps au naturel ne semble pas très en vogue et ce spécifiquement pour une femme (alors que la mode des barbes chez les hommes est en vogue). Le look « bûcheron » demeure ainsi un privilège que seul l’homme peut se permettre… Pourquoi? Les organisateurs de Maipoils feront ainsi la chasse à certains préjugés dont la pilosité est victime, comme les «c’est sale», «c’est laid» ou «ce n’est plus nécessaire depuis que les humains portent des vêtements». Afin d’encourager la diversité corporelle et la pilosité sous toutes ses formes, Maipoils publiera un témoignage (vidéo/photo) par jour sur sa chaîne YouTube. Une occasion de se rappeler, à chaque jour, que la beauté au naturel est possible et doit être valorisée, même dans une société du paraître qui vend de l’artificiel.

 

Maipoils est « une invitation à ne pas se raser et s’épiler pendant tout le mois de mai » explique Pamela Dumont. D’abord, en terme de défi personnel, pour soi-même (car il est rare que la femme se voit au naturel) mais aussi collectivement parlant, car en ce moment « il y a beaucoup de réactions, même violentes, par rapport à la possibilité que les femmes aient des poils. C’est de là qu’est né le projet, comme quoi il est aberrant que les femmes ne puissent pas avoir le choix ». Ainsi, pendant un mois, offrons-nous collectivement l’expérience de voir et de montrer un peu plus de poils sur les corps des femmes et des hommes et surtout laissons-nous le choix d’arborer notre corps comme bon nous semble!

Paméla Dumont vous invite à envoyer votre pensée, tranche de vie, poème, dessin ou acte de toute sorte (sous votre nom ou de façon anonyme) à [email protected]

 

Site Web: https://www.maipoils.com/

Facebook: https://www.facebook.com/Maipoils/

YouTube: https://www.youtube.com/channel/UCTpLDp69xzrWiq_6gc0v9pw