Islam / Homosexualité

Deux Indonésiens ont subi des coups de canne sous les huées de la foule

L'agence AFP
Commentaires

Deux Indonésiens ont subi mardi des coups de canne sous les huées de la foule pour avoir eu des relations homosexuelles, une première dans ce pays à majorité musulmane où la petite communauté gaie fait face à une hostilité croissante.

Les condamnés, âgés de 20 et 23 ans, avaient été reconnus coupables la semaine dernière d'avoir transgressé la stricte loi islamique en vigueur dans la province d'Aceh, le seul endroit d'Indonésie où la charia est appliquée.

Ils ont reçu chacun 83 coups de canne sous les railleries de milliers de personnes, devant une mosquée de Banda Aceh, la capitale de cette province conservatrice.

Les deux hommes avaient la tête baissée au moment d'être battus par des hommes en vêtements sombres, au visage masqué.

Abdul Gani Isa, un membre du conseil religieux local, a déclaré que le châtiment était « une leçon pour le public.

Les leçons infligées au nom de la charia le sont de manière très réfléchie, sont éducatives et ne violent aucun droit de l'Homme », a-t-il dit.

Les condamnés avaient été surpris au lit au mois de mars par un groupe de miliciens pro-charia dans la pension où ils résidaient à Banda Aceh. Ils avaient ensuite été livrés à la police de la charia.

Les cannes sont en rotin et ne causent pas généralement de blessures graves. Le châtiment est surtout destiné à l'humiliation publique des condamnés.

Aceh est la seule des 33 provinces de ce pays d'Asie du Sud-Est autorisée à appliquer la charia. S'adonner au jeu, boire de l'alcool ou commettre l'adultère sont aussi passibles de coups de canne.

La province d'Aceh a commencé à observer la charia après avoir obtenu un statut d'autonomie en 2001 auprès du gouvernement central de Jakarta aux termes d'un pacte destiné à mettre fin à plusieurs décennies de rébellion séparatiste.

C'est la première fois qu'un tel châtiment est administré pour ce motif à Aceh depuis l'interdiction des relations homosexuelles entrée en vigueur voici deux ans dans la province.

Les relations sexuelles entre personnes du même sexe sont légales partout ailleurs et Amnesty International avait demandé la semaine dernière aux autorités de revenir sur cette sentence.

« Les lois qui pénalisent les relations sexuelles consensuelles sont contraires aux droits de l'Homme et aux normes internationales », écrivait l'ONG. « L'usage de la canne en guise de châtiment constitue une punition cruelle, inhumaine et dégradante et pourrait être assimilé à de la torture ».

Depuis quelque temps, l'hostilité contre la communauté LGBT d'Indonésie va croissant. Des ministres, des conservateurs et des groupes islamistes influents ont dénoncé publiquement l'homosexualité.

Dimanche, 141 hommes soupçonnés de participer à une fête gaie dans un sauna de Jakarta ont été interpellés lors d'une descente de la police.

En début de mois, huit hommes avaient été arrêtés à Surabaya, également pour avoir organisé une fête gaie.

L'Indonésie compte 225 millions de musulmans sur 250 millions d'habitants. La plupart des musulmans indonésiens pratiquent une forme modérée d'islam.