Traitement du VIH/sida et RAMQ

Le Québec donne finalement accès à Genvoya

L'équipe de rédaction
Commentaires

Le tout premier schéma thérapeutique à base de TAF de Gilead, offert en comprimé à prise unique, s'avère d'une efficacité élevée et améliore les paramètres rénaux et osseux comparativement aux schémas à base de TDF. 

Pour le traitement de l'infection par le virus de l'immunodéficience humaine de type 1, Québec vient d'inclure Genvoya en comprimé à la liste du régime général d'assurance médicaments de la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ), une décision qui va rendre la molécule de Gilead Sciences Canada, Inc. enfin réellement accessible aux québécois vivant avec le VIH/sida.

« Les personnes vivant avec le VIH de nos jours sont de plus en plus susceptibles de recevoir un traitement pour d'autres affections, telles que des maladies touchant le cœur, les reins et le foie, car elles vivent plus longtemps qu'auparavant, ce qui les expose pendant des périodes prolongées au virus et aux antiviraux utilisés pour le traiter », a déclaré le Dr Réjean Thomas, président-directeur général et fondateur de la clinique médicale l'Actuel, à Montréal.  « C'est pourquoi les patients doivent avoir accès à de nouveaux traitements qui, comme Genvoya, sont efficaces, bien tolérés et d'une posologie simplifiée. »

La mise en marché de Genvoya, le tout premier traitement à base de ténofovir alafénamide (TAF) de Gilead Canada offert sous forme de comprimé à une prise quotidienne, a été autorisée en 2015.  Depuis, deux autres traitements à base de TAF de Gilead Canada ont été approuvés : les comprimés Descovy et les comprimés Odefsey.

« Lors des essais cliniques, le TAF a entraîné l'amélioration de multiples paramètres biologiques osseux et rénaux comparativement au TDF (furamate de ténofovir disoproxil) », a ajouté le Dr Thomas. «Genvoya offre une nouvelle option de traitement pour soutenir les patients qui n'ont jamais été traités au moyen d'agents antirétroviraux, ou ceux qui présentent une suppression virologique, mais qui pourraient avoir besoin d'une solution de rechange pour actualiser un ancien schéma antirétroviral. Aujourd'hui, l'objectif du traitement va au-delà de l'atteinte d'un statut virologique indétectable, car nous sommes maintenant en mesure de gérer les effets indésirables à long terme pour aider les patients à améliorer leur qualité de vie. »

Le TAF est un nouveau promédicament ciblé de ténofovir, qui s'est avéré d'une efficacité antivirale élevée, comparable à un autre médicament de Gilead, VIREAD, et ce, à une dose inférieure à un dixième de celle de Viread. Dans le cadre d'essais cliniques associant le TAF à d'autres antirétroviraux, le TAF a également entraîné une amélioration des marqueurs biologiques de substitution des profils d'innocuité rénale et osseuse comparativement au TDF. Les données indiquent que le TAF charge les cellules (y compris les cellules infectées par le VIH) plus efficacement que le TDF; il peut donc être administré à une dose beaucoup plus faible, ce qui entraîne une réduction de plus de 90 % des concentrations plasmatiques de ténofovir. 

« Gilead Canada salue le leadership constant dont fait preuve le Québec en donnant accès à de nouvelles options thérapeutiques qui contribuent à répondre aux besoins en constante évolution d'une diversité de patients infectés par le VIH », a déclaré Kennet Brysting, directeur général de Gilead Canada.  « Nous continuerons à investir dans la recherche sur le VIH et à travailler avec les représentants de tous les régimes publics d'assurance médicaments afin d'assurer l'égalité d'accès à Genvoya et à d'autres traitements à base de TAF, qui sont en voie de devenir la pierre angulaire du traitement contre le VIH. »