Cannes 2017

«120 battements par minute» en bonne place dans la course à la Palme d'or

L'agence AFP
Commentaires

La fresque sur les années sida en France de Robin Campillo fait figure de favori pour les médias français dans la course à la Palme d'or à mi-parcours

La Palme du coeur revient, sans conteste, à "120 battements par minute", le troisième film du Français Robin Campillo qui a bouleversé la critique française samedi et a été accueilli avec une relative unanimité.

«120 Battements par minute» est un film coup de poing sur le début de la lutte contre le sida en France. En 2h 20 min, le film montre la lutte contre la maladie à travers l'action d'Act Up à Paris.

«S'il devait manquer au palmarès, ce serait à désespérer de Cannes», juge l'hebdomadaire français L'Obs.

Six membres d'un jury de 15 critiques français lui attribuent d'ores et déjà la Palme d'or.

La revue spécialisée Screen, avec son panel de 11 critiques internationaux, est un peu plus mitigée lui attribuant une note de 2,5.

Parmi les acteurs remarqués, figurent aussi ceux de «120 battements par minute», en particulier Nahuel Pérez Biscayart (vu dans "Grand central" de Rebecca Zlotowski) dans le rôle de Sean, malade du Sida et militant fougueux.