Petit écran

Les saveurs de l’été à la télé

Luc-Alexandre Perron
Commentaires
Madame Lebrun

Bonjours amis lecteurs, nous arrivons maintenant en juin, mois qui ouvre l’été. À la télévision, les séries populaires prennent leur pause estivale, mais il y a toujours quelque chose d’intéressant à visionner. Voici quelques propositions.

L’exorciste. Addiktv présente cette série américaine (diffusée sur FOX aux États-Unis dans sa version originale) qui a fait jaser. Basée sur le roman de William Peter Blatty et qui avait été adaptée au cinéma dans un film qui est devenu un classique. Ici, on raconte comment deux prêtres totalement différents au niveau de leur personnalité, ainsi que de leur approche et pratique de la religion, doivent affronter un démon dans un cas de possession dans une famille de Chicago. Il apparait que cette série se veut une suite du film culte de 1973. Les images sont saisissantes.  Les effets spéciaux ne sont pas trop appuyés et la tension est palpable. J’ai bien aimé et je vous la recommande.
 
The White Princess. Dans la lignée des séries comme The Tudors ou Reign, cette mini-série raconte la vie de la princesse Elizabeth de York, héritière du trône anglais. Nous sommes à la fin du règne de Richard III, tué à la bataille de Bosworth, en 1485. Henry Tudor réclame alors le trône anglais. Son mariage avec Elizabeth scellerait l’héritage des deux lignées descendantes d’Edward III et mettrait ainsi fin à la guerre civile, qui opposait les York contre les Lancaster,  connue sous le nom de Guerre des Deux Roses. Pourtant Elizabeth aimait Richard III et n’avait jamais rencontré Henry VII Tudor. Les intrigues amoureuses et politiques se multiplient donc dans le palais et dans l’entourage du roi. Le mariage entre les deux maisons est nécessaire pour établir la légitimité du nouveau souverain anglais. Les complots pour assassiner le nouveau roi abondent, alors que la Maison de York refuse de reconnaitre Henry comme roi.  La  série raconte avec moult détails l’établis-sement de la dynastie des Tudor sur le trône anglais, du point de vue de la reine Elizabeth de York, qui sera la mère du grand Henry VIII. Évidemment les décors et les costumes sont somptueux et les acteurs très beaux, comme le veulent ces séries à saveur historique. À voir sur Super Channel.
 
Million Dollar Listing New York. Comment s’y retrouver parmi toutes les fameuses téléréalités qui nous présentent de la décoration, des rénovations et des ventes de maisons luxueuses? Parmi le nombre effarent de ces émissions, j’ai choisi celle-ci car c’est probablement la  plus gaie du groupe avec la présence de Fredrik Eglund. Inutile vraiment de se questionner sur son orientation sexuelle... Rien ne l’arrête pour conclure ses transactions. Il fait même des petites « stepettes » lorsqu’il réussit à conclure un contrat. Évidemment, avec un titre comme ça, les habitations sont complètement hors de prix et ne servent, en fait, qu’à nous faire rêver de gagner à la loterie. Les images de New York sont fabuleuses tout comme les résidences qui sont à vendre. Les protagonistes n’hésitent jamais à nous en mettre plein la vue avec des habitations somptueuses. Nous tombons alors sous leur charme. Sur Bravo. 
 
Sur TLC, on retrouve un couple gai qui fait de la déco : Nate & Jeremiah by design. Nate s’étant fait connaître à l’émission d’Oprah Winfrey il y a quelques années. Il avait fait son coming out lorsque son conjoint est mort durant le Tsunami. C’est professionnel, ce couple propose des rénos et de la déco assez accessibles à tous même si ce n’est pas donné à tout le monde d’avoir la dextérité manuelle et le talent  pour tout changer dans son logis. Ainsi, chaque semaine, le couple se porte donc au secours de quelqu’un qui a pris de mauvaises décisions et qui se retrouve avec une horreur dans la maison. Nate et Jeremiah viennent alors à la rescousse et répare le tout, allant parfois jusqu’à tout démolir pour repartir à zéro. Ce n’est pas toujours ce à quoi on s’attendrait, mais au moins ça nous donne des idées si on veut éventuellement modifier notre chez-soi. De plus, on voit les deux hommes dans leur intimité avec leur famille. Une des rares familles homoparentales de la télévision. 
 
Finalement, HGTV présente Home to Win, du 30 avril au 18 juin. On y présente diverses facettes de la construction d’une demeure, incluant, par exemple des systèmes de sécurité et d’alarmes. Durant ces émissions, on fait beaucoup de promotion. Par exemple, lorsqu’on discute des produits d’alarmes, ADT fait la présentation de ses produits. Cela nous aide souvent à trouver de bonnes références pour de bons designers ou de bons produits méconnus du public. À moins d’être dans le milieu, certaines marques ne font de la publicité que dans ce genre d’émissions spécialisées. Certaines marques ne deviennent connues que par le biais de ces émissions. C’est donc une idée de regarder même les publicités durant ces émissions. Je crois que pour le côté rénos/déco, ces trois émissions sont les meilleures. C’est un peu comme si le magazine DécorHomme se retrouvait chez vous chaque semaine avec de nouvelles idées.
 
Madame Lebrun. Je vous avais déjà parlé de cette télésérie lorsqu’elle était diffusée sur Super Écran. Pour ceux et celles qui ne sont pas abonnés à cette chaîne, je vous annonce que Madame Lebrun s’est installée sur le Canal D. Benoit Brière a l’habitude de se travestir, nous n’avons qu’à penser à ses classiques publicités pour Bell. Maintenant, il emprunte la personnalité de Madame Germaine Lebrun, une veuve, mère de famille et surtout commère qui ne se mêle pas de ses affaires. La famille inclut un jeune homme gai, campé par Éric Bernier. Le personnage n’est pas utilisé qu’à des fins de blagues homophobes, au contraire, lui et son conjoint font partie intégrale de la famille et sont même protégés des préjugés du curé par Madame Lebrun elle-même. La plupart des intrigues n’ont aucun sens et tout est sujet à diverses blagues. Pierrette Robitaille campe la voisine et meilleure amie de Germaine et quand elle est là, on sait qu’on va rire. Une série bien amusante, qui ne se prend pas au sérieux et qui vous fera certainement sourire.
 
Lethal WeaponLethal Weapon Quand j’étais plus jeune, j’aimais bien regarder la série de films Lethal Weapon, car immanquablement Mel Gibson nous montrait ses fesses. Oui, je sais Mel Gibson n’est pas fin; il a la réputation d’être homophobe et antisémite. Ne vous inquiétez donc pas, il n’est pas dans la série télé! Ici, c’est une adaptation télévisuelle de la série de films du même titre. L’action ne manque donc pas! Vous connaissez le synopsis. Un policier au bord du déséquilibre mental à cause de la  mort de sa femme est jumelé à un policier avec des problèmes de santé physique et le duo affronte divers criminels. Roger Murtaugh (Damon Wayans) ne sait jamais comment réagir aux gestes posés par son collègue Martin Riggs (Clayne Crawford). Clayne Crawford joue bien le rôle d’un policier sexy mais troublé. La chimie entre les deux protagonistes opère très bien. On y croit. Et, heureusement pour nous, il y a un fond humoristique, malgré le fait qu’il s’agisse d’une série policière. Chaque épisode constitue une histoire en soi, donc vous pouvez l’écouter quand bon vous semble sans avoir à perdre une certaine continuité qui n’existe pas vraiment. Diffusée sur FOX en version originale anglaise et sur une chaîne spécialisée de TVA en version doublée française. La première saison compte 18 épisodes d’une heure. La deuxième saison en comptera, quant à elle, 22.
 
Great News NBC nous propose, pour l’été, une comédie très légère mais vraiment amusante. Nous nous retrouvons dans une salle de nouvelles télévisées, où une jeune journaliste tente de percer. Son patron ne semble pas très ouvert à l’idée de la supporter dans sa démarche. Qui viendra à son secours? Sa mère, qui se trouve un poste de stagiaire dans la même station de télévision. Katie (Briga Heelan) devra donc endurer la présence maternelle qui s’impose sans demander la permission. Andrea Martin, qui interprète la mère, vole le show à chaque fois qu’elle apparaît à l’écran. Un autre personnage qui est hilarant se trouve être le lecteur vedette des nouvelles, Chuck. Il joue le héros mais en fait c’est une poule mouillée. Il déteste et se sent menacé, à la fois, par sa co-animatrice. C’est vraiment très drôle et on ne se prend pas au sérieux, ici. On sent que c’est de la télévision estivale. La productrice de cette série est nulle autre que Tina Fey (de Saturday Night Live).
 
Voilà pour ce mois-ci. Je sais que le soleil vous attire à l’extérieur mais quoi de mieux que d’enregistrer nos émissions et de les visionner durant les soirées orageuses de l’été. On se revoit le mois prochain!