Politique

Roumanie: le mariage gai divise même chez les progressistes

L'équipe de rédaction
Commentaires

Nicusor Dan, le président de l'Union Sauvez la Roumanie (USR), a démissionné après la prise de position de son parti en faveur de l'ouverture de la société au mariage entre personnes de même sexe.

 

Les divergences idéologiques au sein de l'Union Sauvez la Roumanie (USR) auront eu raison de Nicusor Dan, fondateur et leader du jeune parti. Malgré un score prometteur aux législatives de décembre et une troisième place sur le plan national, le parti est en difficulté: la démission de son chef marque un clivage net entre progressistes et conservateurs.

Après sa réélection il y a un mois, Nicusor Dan claque la porte au moment où le parti se penche sur la question du mariage homosexuel. Une majorité s'était en effet prononcée contre une modification de la Constitution qui inscrirait noir sur blanc le mariage comme une union entre un homme et une femme. L'aile progressiste a donc gagné.

Une déception pour Nicusor Dan qui ne voulait pas diviser son électorat sur un sujet sensible. Une coalition d'associations de défense du modèle familial traditionnel, soutenue par la puissante église orthodoxe, était à l'initiative de cette modification de la Constitution.

Un référendum est attendu prochainement sur le sujet. Parti issu de la société civile, l'USR semble aujourd'hui faire le choix de la modernité. Un pari très risqué et qu'il est le seul à faire à l'heure actuelle en Roumanie.