Indonésie

Le Parlement européen s'inquiète de l'intolérance homophobe en Indonésie

L'agence AFP
Commentaires

Le Parlement européen s'est dit jeudi "préoccupé" par la montée de l'intolérance homophobe en Indonésie, en particulier dans la province d'Aceh, où deux jeunes gays ont récemment subi la "torture" de coups de canne infligés en public.

Les autorités de la province autonome d'Aceh - le seul endroit d'Indonésie où la charia est appliquée - doivent "empêcher toutes nouvelles persécutions des homosexuels" et "dépénaliser l'homosexualité en modifiant leur code pénal islamique", ont plaidé les députés européens dans une résolution adoptée à Strasbourg.

La "bastonnade" infligée en mai à deux jeunes gays de 20 et 23 ans, surpris au lit au mois de mars par un groupe de miliciens pro-charia, "est un châtiment cruel, inhumain et dégradant, qui s'apparente à des actes de torture en vertu du droit international", souligne le Parlement qui demande aux autorités "de mettre fin immédiatement aux flagellations publiques".

Au-delà du cas d'Aceh, les parlementaires européens se disent "également préoccupés par la montée de l'intolérance à l'égard de la communauté" homo, bi ou transsexuelle dans le reste de l'Indonésie. Bien que l'homosexualité ne soit pas illégale dans le pays - sauf à Aceh -, "141 hommes ont été arrêtés le 21 mai (...) lors d'une descente de police dans un club gay de Djakarta", critiquent les députés, soulignant que "les policiers sont tenus de respecter la loi" et doivent "protéger les minorités vulnérables et non les persécuter".

"L'année 2016 a été marquée par un nombre sans précédent d'attaques verbales violentes et discriminatoires, de faits de harcèlement et de diatribes enflammées" contre les homosexuels en Indonésie, s'inquiètent encore les parlementaires européens, pour qui "ces agressions auraient été, directement ou indirectement, attisées par des agents du gouvernement ou des pouvoirs publics et par des extrémistes".

L'Indonésie compte 225 millions de musulmans sur 250 millions d'habitants. La plupart des musulmans indonésiens pratiquent une forme modérée d'islam.