Toronto — soutien aux réfugiés

FrancoQueer espère pouvoir poursuivre son aide des réfugiés LGBT francophones

L'équipe de rédaction
Commentaires

L'organisme torontois, FrancoQueer, offre depuis deux ans un programme d'intégration qui aide chaque année une cinquantaine de réfugiés LGBT francophones. Son financement n'est toutefois pas garanti après l'année prochaine.

« Je viens du Togo... J'ai décidé de m'établir ici parce que je peux être moi-même ici. » explique Ezechiel Gaba, arrivé dans la Ville Reine il y a trois ans pour faire ses études et a décidé de faire une demande d'asile parce qu’il est homosexuel. « C'est mal vu au Togo et légalement, il y a des lois contre ce que je suis. »  

Au Togo, comme dans plusieurs pays d'Afrique, les actes homosexuels sont passibles d'amendes et de peines de prison. Créé il y a un peu plus de deux ans, le programme Carrefour des immigrants de FrancoQueer répond donc à un besoin criant selon son coordonnateur, Ronald Dieleman. « Ils sont vulnérables, ils ont besoin d'un endroit sécuritaire où ils peuvent s'exprimer comme gais, lesbiennes ou trans et puis souvent les organismes francophones ne sont pas à la hauteur de la situation », affirme-t-il.

Le programme offre des rencontres individuelles et confidentielles pour orienter les réfugiés vers des logements, des cours d'anglais, des soins de santé et des services juridiques en français. Le programme bénéficie d'un financement annuel de 70 000 $ de la province qui arrive à échéance au printemps 2018. Le président de FrancoQueer, Arnaud Baudry, espère qu'il sera renouvelé. « Ça m'inquiète pour les personnes qu'on sert, dit-il. C'est une cinquantaine de réfugiés LGBT francophones qu'on sert chaque année. » 

Source : un reportage de Philippe de Montigny sur Ici Radio-Canada