Petit écran

Pas de vacances… pour la télé

Luc-Alexandre Perron
Commentaires
Polyvalente
 Third Man Out
  • Polyvalente
  •  Third Man Out

Nous arrivons en juillet, au summum de l’été. Mais la télévision ne prend pas de vacances, même durant les vacances de la cons-truction. Voici donc ce qui pourrait vous intéresser ce mois-ci..

Harlots. Le titre sera traduirait en québécois par le mot «guidounes». En fait, nous nous retrouvons en Angleterre en 1763 à l’époque dont on dit qu’une femme sur cinq exerce d’une manière ou d’une autre le travail du sexe. L’histoire, en gros, raconte le combat entre deux tenancières de bordel. L'une appartient à la bourgeoisie, l’autre à la classe ouvrière et peine à payer ses prostituées au point de vendre la virginité de sa propre fille. Les coups bas ne manquent pas entre ces deux madames et on ressent rapidement la haine qu’elles éprouvent l’une pour l’autre. Évidemment, puisque l’intrigue se passe dans un bordel, les scènes de sexe ne manquent pas. De plus, les dialogues sont d’une vulgarité incroyable. Il va aussi sans dire qu’une histoire de sexe sans personnages secondaires gais manquerait de saveur. Donc, oui, les gais sont présents ici et là. À voir sur Super Channel.
 
The Immortal life of Henrietta Lacks. HBO présente un de ses nombreux téléfilms en primeur sur ses ondes. Un pan d’histoire méconnu prend forme sous nos yeux dans cet excellent téléfilm qui met en vedette Oprah Winfrey dans le rôle de la fille d'Henrietta Lacks. Une jeune journaliste rencontre la famille de cette femme dont les cellules prélevées continuent d’être multipliées en éprouvette encore de nos jours. On part donc dans une enquête pour refaire vivre les évènements marquants de la vie de cette afro-américaine qui a vécu dans les années 50/60 aux États-Unis, époque de la lutte pour les droits civils. Un moment très touchant du film est lorsque le personnage d’Oprah Winfrey se rend dans un laboratoire et prend dans ses mains un petit tube congelé contenant des cellules vivantes de sa mère. Elle dit alors : « She’s cold » et souffle sur le tube pour le réchauffer. Les cellules de nos jours sont appelées cellules HELA se basant sur les deux premières lettres du prénom et du nom d'Henrietta Lacks. Ses cellules ont servi à la recherche sur de nombreuses maladies graves, incluant le cancer et le sida. À travers ses cellules toujours vivantes, Henrietta Lacks est vraiment devenue immortelle. Un très bon téléfilm.
 
Polyvalente. TV5 nous propose une web série totalement folle. Un directeur d’école (Joël Legendre) découvre Summer, la plus belle fille de son établissement morte dans le vestiaire du gymnase. Nous sommes à 48h du bal des finissants. Max, le garçon le plus populaire de l’école — qui était aussi le petit ami de la défunte — se retrouve dans une drôle de situation : il doit trouver quelqu’un d’autre pour l’accompagner au bal des finissants. La question qui brûle les lèvres de tout le monde n’est pas comment Summer est-elle morte, mais bien qui sera la reine du bal maintenant que celle-ci est décédée ! À la fois drame et parodie, Polyvalente a des côtés vidéoclip lorsque la musique prend le dessus. On y aborde des questions comme l’intimidation, le harcèlement et l’homophobie. Certaines scènes sont    violentes. Par exemple, lorsque le harceleur de la polyvalente urine sur un élève en fauteuil roulant. Mais soudainement, on se retrouve avec Joël Legendre qui chante en chevauchant une licorne alors que des papillons mauves virevoltent au-dessus de sa tête. Imaginez que vous écoutez Glee sous acide ! Un choc et une fracture entre les scènes. Mais n’ayez crainte, on devient rapidement accro à ce genre de surprises et on en veut davantage. Dommage que la série soit si courte. La richesse et la variété des personnages offrent du potentiel pour une seconde saison. Une bonne production québécoise qui vous fera rire et vous amusera. La musique originale est de Claude Bégin et Élise Bégin. Mon coup de cœur ce mois-ci. 
 
Ne manquez pas non plus le retour de Game of Thrones ce mois-ci sur les ondes de la chaîne HBO.
 
OUTtv présente la série de téléfilms sur les enquêtes de Donald Strachey (The Donald Strachey mysteries). Interprété par l’acteur ouvertement gai Chad Allen, le détective privé (ancien militaire) se veut toujours disponible pour trouver son homme, que ce soit lors du meurtre d’un journaliste gai qui fait chanter des LGBT dans le placard ou encore d’un jeune homme participant à un groupe de thérapie pour les ex-gais. Lorsque qu’un couple de lesbiennes se fait harceler, il est encore là pour offrir ses services. Il est souvent accompagné par son conjoint, Timothy Callahan, un conseiller légal pour une sénatrice de l’État de New York. Contrairement aux habitudes où l'on situe ces intrigues dans de grands centres urbains comme New York, Chicago ou Los Angeles, la série se passe dans la ville d’Albany. À l'origine des téléfilms,15 romans dont seulement quatre ont été adaptés pour le petit écran à ce jour, puisque l'acteur Chad Allen a décidé de se retirer de la vie publique pour devenir psychologue. Plutôt que de caster un nouvel acteur, il a été décidé de mettre fin au projet. Parmi les 4 épisodes, mon préféré est Third Man Out dans lequel Sean Young fait une apparition dans le rôle de la sœur de la victime de meurtre.
 
Date my dad. Une petite série rafraîchissante qui met en vedette Raquel Welch et raconte l’histoire d’un homme, veuf depuis trois ans, auquel ses filles rêvent de trouver une nouvelle amie de cœur. C’est léger, mais vous devriez aimer.