Livre

Dalida

Benoit Migneault
Commentaires
Dalida

Le film éponyme de Lisa Azuelos, retraçant les grands et petits moments de l’existence de la chanteuse, est à peine arrivé sur nos écrans et quel meilleur moment que de se replonger dans certains ouvrages qui ont tenté de nous faire mieux comprendre la complexité de la femme et du personnage qui se cachent derrière Dalida.

DalidaDalida : une œuvre en soi, de l’essayiste québécois Michel Rheault, fut originellement pu-blié en 2002. L’auteur tente d’y ex- pliquer la femme publique et privée puisqu’il est trop souvent bien difficile de faire la part des choses entre l’une et l’autre. D’un même souffle, il porte son regard sur le public et tente d’identifier les éléments du person- nage qui ont généré une telle fascination chez ce der-nier. Laissez-moi danser, de son côté, a la particularité d’avoir été écrit par la réalisatrice même du film, Lisa Azuelos. En ce sens, il constitue peut-être un document privilégié pour accompagner le visionnement de celui-ci puisqu’il s’abreuve, bien évidemment, aux mêmes sources que le film. En l’occurrence, les recherches et les souvenirs de la réalisatrice qui fréquenta très jeune le milieu du spectacle, étant elle-même la fille de Marie Laforêt. L’ouvrage ne se contente cependant pas de jeter un regard sur la chanteuse, mais se partage également entre les propres souvenirs de la réalisatrice, de même que les parallèles entre certains moments clés de la vie de la chanteuse et la sienne propre. En ce sens, ce dernier ouvrage porte un regard à la fois très personnel et presque inclas-sable : une biographie bicéphale? à double tranchant? Qu’importe, le tout se révèle fort intéressant!

Dalida : une œuvre en soi / Michel Rheault. Montréal : Alias, 2017. 175p. Laissez-moi danser / Lisa Azuelos. Paris : Stock, 2017. 175p.