Alliance Arc-en-ciel de Québec

Des services et des activités en développement dans Charlevoix pour la communauté LGBT et ses alliés

Éric Whittom
Commentaires

L’organisme Alliance Arc-en-ciel de Québec (Alliance) étendra ses services dans la grande région de Charlevoix, de Saint-Tite-des-Caps jusqu’à Baie-Sainte-Catherine, grâce à une subvention du Bureau de lutte contre l’homophobie de 20?000$ obtenue dans le cadre du nouveau Plan d’action gouvernemental de lutte contre l’homophobie et la transphobie 2017-2022 : Pour un Québec riche de sa diversité, qui donne une attention particulière entre autres «aux clientèles situées dans les régions et les milieux où les ressources sont moins nombreuses», précise-t-on sur le site Web du ministère québécois de la Justice.

Le directeur général de l'Alliance, Louis-Filip Tremblay, originaire de Charlevoix, a expliqué à Fugues que cette volonté gouvernementale tombe à point nommé, puisque l'Alliance avait, dans ses priorités, l’intention d’offrir ses services «aux régions rurales limitrophes de Québec». Il a rappelé que la région de Charlevoix n’avait plus de services pour les personnes de la diversité sexuelle depuis que le réseau des alliés appelé Comité R.A.D.O.S. (Respect et Acceptation de la Différence liée aux Orien-tations Sexuelles) avait cessé ses activités en 2015, «parce que, dans le regroupement des organismes qui composaient le comité, il n’y avait pas d’organisme dont la mission première était la sensibilisation à la diversité sexuelle et la pluralité des genres.» Le projet de l'Alliance est intitulé Charlevoix, vers une région ouverte à la diversité. «Par ce projet, nous voulons explorer comment se vivent la diversité sexuelle et la pluralité des genres dans les régions rurales et quels sont les besoins de la communauté dans la région de Charlevoix. Nous désirons aussi donner de la visibilité à la communauté LGBT de cette région pour que les personnes qui la composent brisent l’isolement et qu’elles soient à l’aise de vivre leur identité de genre ou leur orientation sexuelle dans leur milieu. » L’Alliance recréera un comité d’action qui rassemblera des organismes communautaires, des municipalités, des intervenants sociaux et des citoyens de la région. «Ce comité la conseillera sur les directions à donner au projet et aidera à la réalisation des différentes activités, dont la nature reste à déterminer», a précisé Louis-Filip Tremblay. « Nous ne voulons pas imposer nos visions aux intervenants de la région. Nous voulons que les décisions soient prises par les gens qui vivent les réalités de cette région.» L’Alliance mettra aussi en place un nouveau réseau des alliés qui regroupera notamment des organismes ou des entreprises qui devront s’engager à afficher qu’ils sont membres du réseau des alliés et à informer leurs employés sur les questions de la diversité sexuelle et à la pluralité des genres, par exemple en les invitant à assister à une conférence. Enfin, l’Alliance organisera des activités de sensibilisation, en collaboration avec le comité d’action. Pour mener à bien son projet qui a démarré en mai, l’Alliance a embauché une chargée de projet, Joanie Moreau, qui travaille à partir de ses bureaux à Québec, mais qui se rendra régulièrement dans la région de Charlevoix. «Nous sommes soutenus par le milieu communautaire de la région, par exemple pour le prêt de bureaux», a souligné le directeur général de l’Alliance. Pour s’informer ou s’impliquer dans le comité d’action, l’Alliance invite les gens de Charlevoix à communiquer avec elle au (418) 809-3383 ou à info@arcencielquebec.ca