Conférence IAS

Paris, capitale de la recherche sur le sida fin juillet

Sébastien Thibert
Commentaires

Les traitements de longue durée, les traitements préventifs et les liens avec la recherche sur le cancer seront quelques-uns des thèmes de la 9e conférence internationale de recherche sur le sida, qui se déroulera à Paris, du 23 au 26 juillet prochain.

«Paris va être la capitale de la recherche sur le sida», s'est réjoui le Pr Jean-François Delfraissy, coprésident de la conférence IAS 2017, lors d'une conférence de presse à Paris au siège de l'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS). Cette dernière coorganisera cette conférence avec l'International AIDS Society (IAS).

Des innovations seront présentées dans le domaine des traitements de longue durée, avec par exemple des traitements sous forme de patch. Autre thème d'actualité: les programmes de prévention appelés PrEP (pour "prophylaxie préexposition"), qui consistent à administrer des traitements antirétroviraux à des personnes négatives, mais qui ont des pratiques sexuelles à risques.

Les liens entre la recherche sur le cancer et celle sur le sida feront l'objet d'un forum à l'institut Curie avant la conférence, les 21 et 22 juillet. «Ces liens sont quelque chose de nouveau, mais qui est amené à se développer», a souligné Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine 2008 et ex-présidente de l'International Aids Society.

La recherche sur les cellules qui abritent le virus du sida (VIH) à l'état dormant (dites "réservoirs") sera également abordée. «Nous allons profiter de cette conférence pour porter une 'Déclaration de Paris' sur la nécessité de continuer à financer la science», a ajouté le professeur Delfraissy. Selon lui, des chercheurs américains s'inquiètent de la disparition du financement de la recherche, y compris sur le sida, lié à la politique de Donald Trump.

Il existe deux grandes conférences sur le sida organisées par l'IAS: la conférence mondiale a lieu les années paires (la prochaine se déroulera en 2018 à Amsterdam) et la conférence scientifique les années impaires. Cette dernière a été créée en 2001, car les scientifiques estimaient que la conférence mondiale ne laissait pas assez de place à la recherche.

Quelque 6000 à 7000 personnes sont attendues au Palais des Congrès de Paris: un tiers d'Américains, un tiers d'Européens et un tiers venant du reste du monde.