Turquie

La Gay Pride d’Istanbul interdite et dispersée par la police

L'équipe de rédaction
Commentaires

Les militants LGBT et leurs allié(e)s qui s’étaient réunis place Taksim pour le défilé de la Gay Pride ont été évacués sans ménagement par les forces de l’ordre, qui ont procédé à de nombreuses arrestations.

Le dimanche 25 juin dernier, la marche de la Gay Pride à Istanbul a été dispersée par la police turque. La veille, le préfet d’Istanbul avait décidé d’interdire le rassemblement qui devait se tenir sur la célèbre place Taksim afin de préserver « la tranquillité et la sécurité des badauds et des touristes”rapporte le site d’information T24.

Certains activistes LGBT ont néanmoins décidé de braver l’interdiction et se sont rassemblés aux abords de la place aux cris de « amour, amour liberté, rejetons la haine »selon le quotidien d’opposition Cumhuriyet. Ils ont été rapidement dispersés par la police, qui a fait usage de gaz lacrymogène, de balles en caoutchouc, et procédé à une quarantaine d’interpellations. Certains journalistes ont également été pris à partie par les forces de l’ordre, qui ont notamment arrêté un cameraman d’Associated Press, avant de le libérer dans la soirée, rapporte le journal de gauche Birgün.

Le défilé de la Gay Pride, qui tombait cette année au moment de la fin du jeûne du ramadan, avait auparavant fait l’objet de menaces, notamment de la part d’une organisation islamo-nationaliste radicale, les Foyers d’Alperen. « Si l’État leur donne l’autorisation de défiler, nous, nous ne les y autoriserons pas, où qu’ils veuillent défiler, nous serons présents pour bloquer les rues et empêcher cette marche », avait menacé leur leader stambouliote, cité par Hürriyet.