Stéphane Labbé

Une exceptionnelle carrière consacrée à la danse

Michel Joanny-Furtin
Commentaires
Stéphane Labbé
Photo prise par © Myriam Baril-Tessier

Directeur général de Tangente, Stéphane Labbé a reçu lors du récent gala Phénicia le Phénicia Carrière d’exception 2017. Cet ancien bénévole de la Chambre de commerce LGBT du Québec (CC-LGBT-Q) est désormais un acteur incontournable du monde de la danse et a fortement contribué à la création de la Maison de la Danse qui vient d’ouvrir ses portes. Rencontre. 


« Je ressens une grande fierté et une grande joie de recevoir ce prix. Au regard des autres finalistes, je ne m’y attendais vraiment pas ! », affirme sincèrement le lauréat. Cette année marque d’ailleurs un tournant important dans sa carrière puisque la Maison de la Danse vient d'être inaugurée. « Il n’y en avait pas à Montréal. Après cinq années nomades et treize à nourrir le projet de relocalisation, Tangente et ses trois partenaires, les Grands Ballets Canadiens, l’École de danse contemporaine de Montréal et l’Agora de la Danse viennent d’emménager dans l’édifice Wilder - Espace danse, au cœur du Quartier des Spectacles. » C’est avec « très peu de moyens financiers et beaucoup de "jus de bras" », comme il le dit lui-même, mais aussi une forte détermination que Stéphane Labbé aura ainsi permis à Tangente, un organis-me dédié à la promotion de la danse contemporaine, d’être reconnu comme un interlocuteur des nouvelles approches en danse contemporaine. «

Quand j’étais enfant, j’organisais des manifestations artistiques pour rassembler mes voisins », raconte Stéphane Labbé qui pourtant étudia les sciences pures et appliquées, puis le design. «Afin de m’évader de mes cours de sciences, je me suis inscrit dans les troupes de théâtre et de danse de mon Cégep. Mais j’étais plus agile à me mouvoir dans l’espace que d’endosser un personnage. De plus, j’ai toujours été attiré par l’architecture des lignes et des formes produites par les corps dans l’espace. » Après une tournée internationale, il s’installe à Montréal pour entamer une formation professionnelle de danseur à l’Université Concordia qu’il parachèvera d’un diplôme de l’École de danse contemporaine de Montréal en juin 2002.

Son implication à la CCGQ

En 2001, Stéphane participe aux activités de la Chambre de commerce LGBT du Québec (CC-LGBT-Q) et se porte bénévole. Pendant plus d’une décennie, il contribuera aux activités et organisera la première édition du Gala Phénicia en 2004. Siégeant au conseil d’administration, il contribue à la promotion internationale de la CC-LGBT-Q et de Montréal pour attirer les GayGames, devenus les OutGames, en 2006. Mais ses obligations professionnelles chez Tangente l’obligent à revoir ses priorités professionnelles. Ayant rejoint Tangente dès 2004 comme directeur de production après un an de bénévolat, son arrivée sera ponctuée par de nombreux échanges nationaux et internationaux: Candanse, Les Repérages Danses à Lille et les Bancs d’essai Internationaux. Adjoint à la programmation en 2006, il partage la direction générale et artistique avec Dena Davida, co-fondatrice et directrice de Tangente dès 2010. «Ma rencontre avec cette dame, encyclopédie vivante de la danse, a été déterminante», affirme Stéphane Labbé. Depuis 2013, il assume seul la direction générale.

Un lieu à faire vivre

« Le Wilder - Espace Dance, c’est une signature architecturale », observe Stéphane Labbé. « C’est aussi une adresse dans le centre-ville, dans cette cour des grands que représente le quartier des spectacles. Pour Tangente, le Wilder - Espace Dance confirme que l’émergence artistique et les œuvres à échelle humaine ont leur place dans le centre-ville de Montréal aux côtés des gros joueurs comme Danse Danse, la Maison Symphonique ou l’OSM. Avec Espace danse sur la Place des Festivals, nous aurons un pôle dédié à la danse au cœur de Montréal ! Certes, dans ce bâtiment, il reste des finitions à faire comme des plinthes à poser ou la fenestration du café-bar, poursuit le directeur général, mais le chantier le plus important à réaliser désormais, c’est de faire vivre ce lieu et d’y construire un répertoire et un patrimoine chorégraphiques. À nous d’y développer des projets communs avec nos partenaires de cette Maison de la Danse, mais aussi d’autres groupes de création en danse et pourquoi pas multidisciplinaires. Bref, tout faire pour éviter la création en silo », insiste Stéphane Labbé qui conclut : « Cet espace appelle au mouvement et à la vie, c’est un outil fédérateur et la proximité d’autres formes de productions permettra, je l’espère, des créations transversales… »

TANGENTE