Médias / Visibilité

Au Out d'or, les révélations sur les persécutions d'homosexuels en Tchétchénie récompensées

L'agence AFP
Commentaires

La première cérémonie des « Out d'or », destinée à célébrer la « visibilité » des LGBT dans la sphère médiatique et publique, a récompensé jeudi, entre autres lauréats, le journal russe Novaïa Gazeta qui avait révélé en avril la persécution dont sont victimes les homosexuels en Tchétchénie.

Le footballeur Lilian Thuram, l'ancienne ministre Roselyne Bachelot et les journalistes Claire Chazal et Daphné Burki faisaient partie des personnalités qui ont remis des prix au cours du gala, organisé à Paris par l'Association des journalistes lesbiennes, gais, bis et trans (AJL).

« L'Out d'or de la presse étrangère » a été attribué à Novaïa Gazeta, celui « de la rédaction engagée » au journal l'Union-L'Ardennais « pour la publication, le 23 novembre 2016 dans son édition de Châlons-en-Champagne, de son 'mur de la honte' affichant les commentaires homophobes reçus sur son site après un article consacré à une campagne d'affichage contre le VIH mettant en scène des couples d'hommes ».

Le lendemain, la rédaction avait réalisé un « mur de l'espoir » avec les commentaires des lecteurs soutenant la campagne et les droits LGBT.

Le journaliste du quotidien le Monde Blaise Gauquelin a reçu « l'Out d'or l'enquête-reportage » pour son article « La double peine des migrants homosexuels », paru le 11 octobre 2016.

Enfin, l'entreprise « Système U » a été récompensée pour sa campagne de publicité contre les stéréotypes sexistes des catalogues de jouets.

L'animateur de TF1 Christophe Beaugrand, l'un des rares à avoir rendu publique son homosexualité, est venu remettre un prix et a lu sur son smartphone les messages d'insultes qu'il recevait. Il a néanmoins ajouté qu'il recevait « surtout des messages de jeunes qui me disent que ça les a aidés ». « La question de la visibilité dans les médias est très importante », a-t-il souligné.

La cérémonie visait à « valoriser le bon travail qui est fait par les journalistes et les acteurs de la sphère publique sur les questions LGBT », tout en parlant de « l'épineux problème du coming out », avait expliqué Alice Coffin, membre de l'AJL.