Entreprises

L’inclusion des LGBT dans le milieu du travail, une stratégie économique payante

L'équipe de rédaction , L'agence AFP
Commentaires

La diversité des orientations sexuelles dans le monde du travail accroît le potentiel économique des pays qui l’adoptent, selon une étude de l’UCLA

Selon les recherches menées par l’université de Californie à Los Angeles, il existe une relation forte entre bon développement économique et inclusion des minorités sexuelles. Au contraire, précise le mensuel canadien The Walrus, qui reprend l’étude américaine dans un article, si les LGBT sont victimes de harcèlement, de discrimination et d’exclusion, ils auront tendance à s’éloigner du marché du travail, et partant, à ne pas atteindre leur potentiel économique. “Au niveau microéconomique, le coût pour la société de ce genre de traitements comprend du temps de travail perdu, un recul de la productivité, un sous-investissement dans le capital humain et une allocation en matière de ressources humaines inefficace”, précise ainsi l’étude américaine.

Pour illustrer son propos, le magazine canadien évoque les aventures de Bobbie Jo Racette, une jeune lesbienne qui cherchait à lancer sa start-up et, pour y arriver, à recruter des coéquipiers. Nombreux sont ceux qui n’ont pas passé le test, parce qu’ils n’arrivaient pas à s’ouvrir clairement à la diversité sexuelle. Or “il est illusoire de penser que l’orientation sexuelle n’a pas sa place au travail”, précise le mensuel.

Le magazine s’appuie également sur le 5e sommet LGBT des Amériques, qui s’est tenu du 14 au 16 juin à Toronto. Le rassemblement vise “l’avancement économique” des membres de cette communauté, en offrant notamment la possibilité de nouer des contacts lors de la conférence. Selon la Chambre de commerce canadienne gay et lesbienne, il y a environ 140?000 entreprises dont le propriétaire est LGBT, ce qui correspond à un pouvoir d’achat total de 90 milliards de dollars canadiens (60 milliards d’euros). “Et c’est sans compter l’apport d’environ 2 millions de LGBT dans l’économie”, conclut la Chambre de commerce, citée par The Walrus. Surtout ceux qui viennent “avec toutes les facettes de leur personnalité au travail”.