France - Paris

Amende exemplaire de 3 millions d'euros pour le canular homophobe d'un animateur télé

L'agence AFP
Commentaires

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a annoncé mercredi avoir infligé à la chaîne C8 du groupe Canal+ une amende de 3 millions d'euros, pour la diffusion d'un canular homophobe dans l'émission "Touche Pas à Mon Poste" de Cyril Hanouna.

«L'animateur a, tout au long de cette séquence, eu recours à de nombreux clichés et attitudes stéréotypées sur les personnes homosexuelles. Le CSA a estimé qu'en diffusant cette séquence, la société C8 a gravement méconnu le principe de respect de la vie privée, ainsi que son obligation de lutter contre les discriminations», a justifié le régulateur dans un communiqué qui souligne avoir reçu 47 000 plaintes concernant cette séquence.

Le CSA rappelle avoir prononcé trois mises en garde et deux mises en demeure contre l’émission. Il estime ainsi avoir «privilégié le dialogue et multiplié les avertissements, sans manifestement être entendu, comme l’atteste la troisième sanction prononcée ce jour». L'amende de 3 millions d'euros infligée mercredi par le CSA à C8 est l'une des plus lourdes sanctions prononcées par le régulateur de l'audiovisuel depuis sa création en 1989.

Immédiatement après cette annonce, C8 a annoncé son intention d'intenter un recours contre cette sanction qui évite pourtant à la chaîne la suspension de l'émission envisagée par le CSA et redoutée par les responsables du groupe Canal+. Dans un communiqué, la chaîne parle de traitement «inéquitable et discriminatoire» dont ferait l'objet son talk show "Touche pas à mon poste". 

Dans ce canular diffusé le 18 mai, Cyril Hanouna s'était fait passer pour un bisexuel dans une petite annonce, et répondait de façon caricaturale et en direct aux hommes qui le contactaient. Après avoir refusé de le faire, l'animateur s'est excusé et a réfuté les accusations d'homophobie à son encontre.

Avant même cette décision, le président du Conseil supérieur de l'audiovisuel Olivier Schrameck avait estimé mardi que les sanctions prises à l'encontre de l'émission de Cyril Hanouna sur C8 avaient des «vertus pédagogiques» pour les chaînes de télévision. «Nous attachons une grande importance à des émissions populaires de ce type», avait déclaré Olivier Schrameck, lors d'une audition devant la commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale, en se demandant quel impact elles avaient sur «des jeunes dans une cour d'école lorsqu'ils voient mépriser ou avilir la femme, vilipender certaines orientations sexuelles». Répondant à la députée du Cher Nadia Essayan (MoDem) à propos du dossier «Touche pas à mon poste» ("TPMP"), le président du CSA a estimé que «la résonance que notre intervention a pu avoir nécessairement un certain nombre de vertus pédagogiques» sur les opérateurs de télévision.

Début juin, le CSA avait déjà sanctionné l'émission deux fois, en le privant de publicité pour trois semaines en tout, une double sanction inédite décidée après deux séquences diffusées en novembre et décembre 2016, épinglées respectivement pour atteinte au respect de la personne humaine et pour sexisme.

Le groupe Canal+, maison mère de C8, qui a contesté cette décision en justice, réclame 13 millions d'euros de dédommagement au CSA.