Syrie / Irak

Une mystérieuse unité de combattants LGBT contre Daesh baptisée TQILA

Reuters , L'agence AFP
Commentaires

Une mystérieuse "armée de libération" LGBT affirme combattre les jihadistes en Syrie et en Irak en réponse aux massacres de gays commis par Daesh.

Une nouvelle et mystérieuse milice a proclamé son existence via Twitter sous le nom de TQILA, pour «The Queer Insurrection and Liberation Army». Dans sa présentation, ce groupe prétend «fracasser le binarisme de genre et faire progresser la révolution des femmes tout comme la révolution sexuelle et de genre». «L'homophobie et la transphobie ne sont pas inhérents à l’Islam ni à aucune religion», affrirme le groupe qui affiche son soutien aux «musulmans, chrétiens ou bouddhistes queer».

Cette unité de combattants serait composée en majorité de volontaires internationaux et de combattants kurdes, dont une majorité de LGBT. Elle aurait été constituée au sein d'une milice anarchiste en soutien aux forces kurdes syriennes, mais aucun élément n'établit sur sa présence effective sur le champ de bataille, même si son porte-parole affirme au magazine américain Newsweek : «Nous sommes déjà au combat à Raqqa», où l’EI est assiégé depuis quelques semaines.

Comme preuve, TQILA a publié plusieurs photos apparemment prises dans les rues d’une ville en guerre. On y voit six hommes en treillis déployant l’étendard de la milice (une Kalachnikov sur fond rose), le drapeau arc-en-ciel et une banderole où l’on peut lire: «Ces pédés (faggots) tuent des fascists» (photo).

Le manifeste de l’organisation fait référence aux actes barbares de jihadistes contre des gais – des assassinats d’hommes présentés comme "sodomites" filmés par la propagande jihadiste depuis 2014, jusqu’à l’attaque du club gay d’Orlando The Pulse en juin 2016) pour justifier sa raison d'être et son action.