15 au 17 août

Le congrès de la diversité

André-Constantin Passiour
Commentaires

Du 15 au 17 août au Centre de congrès La Plaza (420, rue Sherbrooke Ouest, métro Place-des-Arts), on pourra assister à cette grande rencontre qui s’intitule «Réalités LGBTTIQA2S: nos luttes, nos victoires, nos défis».

Pendant trois jours, chercheurs universitaires, intervenants du milieu communautaire, acteurs des gouvernements et représentants de regroupements de travailleurs se pencheront sur les droits de personnes LGBTTIQA2S au Canada. On y attend de 400 à 500 participants ainsi qu’environ 85 personnes qui prendront la parole lors des ateliers et des plénières. Il s’agit d’un des plus forts moments de Fierté Canada.

Des droits des trans aux enjeux actuels pour les minorités sexuelles et de genre en milieu de travail, en passant par les principaux enjeux concernant les droits des personnes vivant avec le VIH ou le soutien et l’installation des réfugiés LGBTQI2S au Canada ou encore la lutte internationale contre l’homophobie et la transphobie à caractère confessionnel sans oublier le rôle des bi-spirituels dans le monde aujourd’hui, les sujets de discussion dans les ateliers sont nombreux et c’est le moins qu’on puisse dire… Le rôle du Canada en matière de soutien des droits humains LGBTQI2S à travers le monde est aussi abordé.

«Cette Conférence sur les droits a pour ambition de nous situer: d’où on vient, où en est-on aujourd'hui et où allons-nous collectivement, autrement dit, quel est l’avenir en terme de lutte pour les droits des communautés LGBTQI2S?», indique le coprésident de la Conférence nationale, Bill Ryan, qui est professeur à l’École de service social de l’Université McGill.

«Le point central de la Conférence est vraiment la diversité autant dans les sujets, dans les invités que pour la "diversité" dans les diverses communautés LGBTQI2S. On a travaillé très fort pour essayer de l’atteindre et ainsi de rejoindre le plus de monde possible», commente pour sa part Mona Greenbaum, la coprésidente de la Conférence et la directrice générale de la Coalition des familles LGBT (CFLGBT).

Les jeunes, les familles, les trans, les mouvements de la Fierté, les enjeux internationaux qui touchent le Canada seront les grands axes de la Conférence nationale. «Les sessions plénières sur les personnes trans et intersexes, les bispirituels et les immigrants, les réfugiés et les migrants, qui sont des enjeux importants pour la communauté, seront à ne pas manquer pour sûr. Lors de la Conférence des Outgames, on ne parlait pas tant que ça des personnes trans, mais depuis quelques années, cela a pris de l’ampleur et nous sommes maintenant plus sensibilisés aux sujets qui les touchent», affirme Madame Greenbaum.

«Comme on le voit avec ce qui se passe dans diverses régions du monde, comme en Tchétchénie, en Afrique et ailleurs, il est de plus en plus important dans la communauté LGBTQI2S au Canada de soulever la question des réfugiés, de ce que, en tant que communauté, nous pouvons faire pour ceux qui souffrent de discrimi-nation, du rôle qu’on peut jouer, mais aussi d’ouvrir les portes pour les recevoir ici», souligne Bill Ryan.

Le médaillé olympique Mark Tewksbury, l’ex-député NPD de Colombie-Britannique Svend Robinson et Me Tamara Thermitus, la présidente de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, Karlene Williams-Clarke, qui siège sur le conseil d’administration du groupe Rainbow Railroad – qui désire entre autres que le Canada accueille des hommes gais victimes de persécution et de torture en Tchétchénie –, Frank Mugisha, de l’association Sexual Minorities of Uganda (SMUG), ainsi que Stuart Milk, le neveu de Harvey Milk et cofondateur de la Fondation Harvey Milk – un mouvement de lutte des droits LGBT aux États-Unis et à l’international –, seront parmi les conférenciers invités.

Mais que restera-t-il de cette Conférence nationale? Va-t-on faire un rapport que personne ne lira et qu’on placera sur une tablette? «Nous allons documenter les débats à l’aide de vidéos qui seront filmées tout au long de ces trois jours par des étudiants de Concordia, commente Bill Ryan. Effectivement, au lieu d’écrits que personne ne lira, on préfère faire des vidéos d’entrevues, etc., qui seront placées dans les archives sur le site de Fierté Montréal. Ce sera beaucoup plus vivant et intéressant. Une fois qu’on aura discuté de tous ces sujets [et qu’on aura fait le point], cela va nous aider à articuler les demandes au Canada pour les années à venir», conclut le coprésident de la Conférence, Bill Ryan. «Cette conférence est un peu la continuité de la Conférence internationale durant les Outgames de Montréal en 2006. Mais c’est aussi une mise à jour des enjeux parce que, depuis 2006 justement, les choses ont évolué tant au Canada que dans le monde et il faut continuer à les faire progresser», renchérit Mona Greenbaum.

En parallèle à cette conférence, on pourra voir, à l’Université Concordia, les documentaires de la réalisatrice de Toronto, Nancy Nicol (professeure à l’Université York), qui a tourné des films en lien avec le manque de droits des minorités sexu-elles dans les pays colonisés par l’Empire britannique. 

CONFÉRENCE NATIONALE  RÉALITÉS LGBTTIQA2S : NOS LUTTES, NOS VICTOIRES, NOS DÉFIS, du 15 au 17 août, au Centre de congrès La Plaza , 420, rue Sherbrooke Ouest

INSCRIPTIONS?: au plus tard le 1er août 2017