Mercredi 16 août

Anniversaire et levée de fonds pour les Archives

Denis-Daniel Boullé
Commentaires

Les Archives gaies du Québec sont la mémoire des communautés LGBTQ. Comptant sur 35 années d’existence, les AGQ sont un des plus anciens organismes de nos communautés et ne doit sa survie qu’à la détermination et au travail des bénévoles. Pour souligner cet anniversaire et en même temps promouvoir sa campagne de financement, les AGQ organisent un 5 @ 7, le mercredi 16 aout au 405, rue Sainte-Catherine Est (UQAM, coin nord est de Saint-Denis) et en présence de leur porte-parole flamboyant et coloré, l’auteur et poète Jean-Paul Daoust. 

« Les Archives jouent un rôle majeur, d’avancer Jean-Paul Daoust, car en retraçant et conservant notre mémoire, elles nous permettent de savoir d’où l’on vient. C’est important pour que les plus jeunes qui sortent aujourd’hui du placard avec moins de difficultés que leurs ainé.es sachent d’une part comment cela se passait avant, et d’autre part, se rendent compte que d’autres ont tracé le chemin se confrontant à beaucoup de résistance ». Le poète, qui officie tous les vendredis à titre de poète invité à l’émission de Radio Canada Ici première, Plus on est de fous, plus ont lit !, avec l’animatrice Marie-Louise Arsenault, profitera de cette tribune pour parler du de la mission et du rôle des AGQ.

Pour celles et ceux qui viendront à l’événement et qui contribueront par des dons de 50 $ et plus (avec reçu d’impôt), elles et ils recevront un coupon de participation qui leur donnera la chance de gagner une œuvre photographique originale signée Evergon et Jean-Jacques Ringuette (cf. l’article de Louis Godbout dans Fugues du mois de mars dernier).  

Lors de ce 5 @ 7, Jean-Paul Daoust lira quelques uns de ces poèmes et il nous confie qu’il se peut, si l’inspiration lui vient, qu’il offrira un poème écrit tout spécialement en lien avec les Archives. « Notre histoire est encore méconnue, et surtout si l’on n’y prête pas attention, elle sera méconnue par les jeunes LGBTQ, ce qui serait dommage, car même si nous vivons ici dans une société ouverte, il faut toujours se rappeler que rien n’est jamais acquis définitivement. Nous devons donc rester vigilants », de conclure Jean-Paul Daoust, qui se dit impressionné par les collections, les trésors, qui se trouvent aux AGQ actuellement. Il invite d’ailleurs tout le monde à les visiter pour se rendre compte de l’importance de l’histoire LGBT.

www.agq.ca