Fierté Montréal - 16 au 20 août

Naked Boys Singing – De la graine de talent!

Olivier Gagnon
Commentaires

On sentait la fébrilité dans l’air mercredi soir au Café Cléopâtre pour la première des sept représentations du spectacle off-Broadway Naked Boys Singing, et avec raison. La foule, composée à grande majorité d’hommes (assez jeunes d’ailleurs!), avait hâte de découvrir ce spectacle que Davyn Ryall a finalement réussi à attirer à Montréal pour une première fois depuis sa création en 1999. 

La promotion entourant la pièce était plus que véridique : on assiste littéralement à une revue musicale avec six jolis jeunes hommes qui chantent et dansent à poil – il y a quand même quelques accessoires par-ci par-là, mais bon…

Le rythme de la soirée est bon, bien que l’on passe un peu trop souvent du comique à l’émotif au fil des 16 saynètes. Plusieurs d’entre vous se reconnaitront dans différentes situations chantées par les acteurs, surtout lorsqu’il s’agit d’un contexte de nudité sociale, comme les vestiaires. Le talent des artistes sur scène est somme toute assez égal, bien que certains se démarquent un peu plus, surtout par leurs talents de chanteur ou leur physique et leurs attributs (arrêtons de se mentir!). Le Café Cléopâtre est assez intimiste pour que les gars chantent sans micro et que la musique au piano de Ian Baird soit mise en valeur. En résumé, vous ne regretterez pas les 30 $ payés pour passer une chouette soirée à admirer tout le talent de cette production. 

Si vous n’avez pas déjà vos billets, faites vite, car le mot risque de se passer très rapidement!