Le bilan Fierté Montréal 2017

Spectacles à Fierté Montréal 2017

Étienne Dutil , Olivier Gagnon
Commentaires
30  ans de Mado
Photo prise par © Serge Blais
Les 30 ans de Mado
Photo prise par © Serge Blais
ILLUSION
Photo prise par © Pierre Simard
ILLUSION
Photo prise par © Pierre Simard
illusion
Photo prise par © Pierre Simard
ILLUSION
Photo prise par © Pascal Forest
Drag Superstars
Photo prise par © Pierre Simard
Drag Superstars
Photo prise par © Pierre Simard
Drag Superstars
Photo prise par © Pascal Forest
Supernovas : bruno Pelletier, Jonas et Frigid
Photo prise par © Serge Blais
Supernovas : bruno Pelletier, Jonas et Frigid
Photo prise par © Serge Blais
Supernovas : bruno Pelletier, Jonas et Frigid
Photo prise par © Serge Blais
Nelly furtado
Photo prise par © Serge Blais
  • 30  ans de Mado
  • Les 30 ans de Mado
  • ILLUSION
  • ILLUSION
  • illusion
  • ILLUSION
  • Drag Superstars
  • Drag Superstars
  • Drag Superstars
  • Supernovas : bruno Pelletier, Jonas et Frigid
  • Supernovas : bruno Pelletier, Jonas et Frigid
  • Supernovas : bruno Pelletier, Jonas et Frigid
  • Nelly furtado

Mado Coup de circuit au parc pour DRAG SUPERTARS

Malgré un temps couvert, la foule était dense et s’étendait bien au-delà des trois-quarts de l’espace prévu à cet effet – les agoraphobes pouvaient certainement mieux respirer que l’an dernier! L’animatrice principale de la soirée, Rita Baga, peinait à dissimuler son excitation (et on la comprend!) de présenter certaines drags les plus admirées de l’univers de RPDR. Résultat : c’est une foule gonflée à bloc qui attendait les superstars. La gagnante de la première édition de Mx Fierté Canada, Barbada de Barbades, était quant à elle plus qu’en forme et très à l’aise à la coanimation. Pendant près de 2 h 30, les drags de RPDR et les finalistes de Mx Fierté Canada se sont relayés sur la scène dans des numéros et des looks plus que variés. Beau flash d’inclure les filles locales à ce spectacle, mais on aurait probablement pris un peu plus de RPDR, tout comme des animations un peu plus courtes (les animatrices ont même dû nous rappeler le couvre-feu de 23 h, dans l’empressement…) Il était clair pour tous que la présence scénique et la notoriété des filles de RPDR transcendaient tout, moyens et expérience aidant. La foule s’est particulièrement déchainée pour Kim Chi et Derrick Barry, sans compter un accueil royal pour la reine régnante, Sacha Velours (qui n’avait peut-être pas le numéro le mieux adapté au genre de soirée, malheureusement). Certaines y sont allées d’un discours senti, à saveur souvent politique, dont Charlie Hydes et Peppermint; voilà ce qui distingue les pretty faces des vraies drags. On en aurait pris toute la nuit… définitivement un nouveau classique de Fierté Montréal, à reprogrammer l’an prochain! Olivier Gagnon

PLUS DE PHOTOS : Drag Superstars @ Parc des Faubourgs
 

FABULEUSE ILLUSION

La soirée concoctée par Michel Dorion fut un véritable hommage aux reines et aux rois de la nuit. 40 artistes venus de toutes les régions du Canada pour présenter l’art de la personnification décliné sous ses multiples formes grâce à des performances... d’expertes ! Pour réussir un tel défi, pas moins de « 184 personnes et 4h de show », annonça-t-il fièrement, saluant les artistes, les danseurs, les techniciens à l’issue du spectacle en appelant tout le monde sur scène pour un giga selfie avec la foule de plusieurs milliers de spectacteurs en arrière-plan. On peut penser que le succès de l'émission Ils de jour, elles de nuit  a certainement éveillé quelques consciences dans le public. Tout avait commencé dès 19h à la manière d’un défilé de mode sur un "catwalk" qui présenta une à une les ILLUSIONdragqueens et kings participant au spectacle. Michel Dorion, toujours très applaudi et apprécié du public les annonça une à une en changeant de tenue presque à chaque fois. Tout au long de la soirée, il y a eu de nombreux moments mémorables et une belle progression du contenu artistique évoquant les différents styles de musique depuis une cinquantaine d’années. Hollywood et ses comédies musicales, par 13 artistes de la relève, précédait Chouchoune et son I love Paris, une vision très music-hall de Paris à la manière d'une revue du Casino de Paris avec les plumes, le strass et les danseurs. Après le style Casino de Paris, voici le style jazz y avec orchestration de cuivres des années 60. Un voile ôté, un accessoire ajouté et nous voilà dans le pur style années 70. Il y avait du travail en s'il vous plaît, harmonisant le chant, la danse avec beaucoup de monde sur scène. Bref, Michel Dorion sait mettre ce qu'il faut pour monter un show ! Il y a eu un bel hommage de Peggy Sue à La Belle et la Bête. Nana prit le relai, toujours aussi élancée et élégante. Lady Gaga et Katy Perry en auront inspiré plus d'un et d'une qui mélangèrent les styles vestimentaires : robe à la Marilyn, strass, tenue déshabillée juste ce qu’il faut, et… juste-au-corps chromé. Une "brasileira" endiablée de Bord’elle Cherry chantant Love Me précéda « Un numéro très spécial », affirma Michel Dorion en présentant Rainbow qui entonna, pieds nus, le fameux Diamonds are a girl’s best friends de Marilyn Monroe, parachevé par une cerise sur le sundae : Rainbow prête à être dégustée dans une verre de Martini ! Assy Patty, une des concurrentes de l’émission Ru Paul Drag Race a fait une prestation remarquable, vêtue d’une robe et d’accessoires mode en forme… de beignes ! Année après année, le spectacle de Michel Dorion devient de plus en plus qualitatif et se nourrit de ses expérimentations proposant un show riche de talents. On se souviendra de sa version de Christine and the Queens dans un sobre complet veston pour dame. On se souviendra aussi de sa combinaison aux motifs floraux contrastant le noir, le blanc et l’orange sous les lumières noires. Avec un feu arc-en-ciel en toile de fond, la finale d'Illusion fit revenir sur scène toutes les artistes, par groupe avec une couleur thème du drapeau LGBT, certaines lâchant volontairement leurs perruques sous un déluge de lumières, "spots" et flashes. Bref un final à la dynamite ! 
 

UNE EXPLOSION D’ETOILES à SUPERNOVAS

Drag Superstars

 Une supernova, c’est l’explosion d’une étoile créant une luminosité fantastique. C’est ce que nos oreilles et nos yeux ont pu voir et entendre dans une détonation de talents vocaux à saveur rock/blues/soul ce mercredi au parc des Faubourgs. Conçue par Marleen Menard sous la direction musicale de Denis Courchesne, la scène a accueilli près d’une douzaine d’artistes jusqu’à 23h. Après une première partie assurée par Angel Forest et ses musiciens, se sont succédé les prestations remarquées et remarquables de Frank Julien chantant du Joe Cocker; celle de Rosa, un talent découvert à La Voix, comme Andie Duquette qui a pris le relais dans la première heure. Vint l’univers si particulier de Frigid; puis le talent rock’n soul de Kim Richardson et celui rock’n blues de Dawn Tyler Watson au timbre si particulier. Yann Perreau dont c’était la deuxième participation à une production de Marleen a enchanté la foule avec plusieurs de ces titres dont son succès J’aime les oiseaux repris en chœur et dansé par le public. Les cris, les sifflements, les bravos, tout y était pour offrir un accueil mérité à Lulu Hugues. «C’est une date spéciale pour moi», expliqua la chanteuse «C’est le jour de la fête à mon père Bobby qui aurait eu 75 ans.» Selon elle, un passionné de Janis Joplin qui a su transmettre sa passion à sa fille. Lors de sa prestation, Lulu a rendu un vibrant hommage à cette star déjantée du rock des années 70 devant un public enthousiaste et admiratif de la force de résilience de Lulu qui se relève d’un lourd passif médical qui l’avait éloigné de cette scène l’an passé.  «Je rêvais de l’avoir depuis des années», a déclaré Marleen en l’annonçant. « Il a enfin accepté. Je vous donne David Usher...» On prend, Marleen, on prend ! David Usher s’est adressé en français au public. Il fait plusieurs interventions entre les tounes. Il semblait apprécier sincèrement cette communion avec les fans qui le lui rendaient bien. Il est même descendu chanter dans la foule qui a su apprécier. Puis vint le rock très rythmé et enlevant de Jonas qui s’adressait en français à son public entre ses chansons en anglais, ajoutant une touche de complicité au spectacle. Enfin la soirée s’est achevée avec Bruno Pelletier qui a fait lever une foule participative, les bras dans les airs en chantant. Quatre chansons dont Miserere, S’en aller, et un duo avec Kim Richardson. Quatre langues aussi entre l’italien, le français, l’anglais et le… bilingue. «Quelle soirée extraordinaire ! J’ai pas d’mots…», lança Marleen au public avant de clore la soirée en présentant les musiciens, des artistes de haut vol qui savent chaque année s’adapter à plus d’une quinzaine de chanteurs de styles parfois très différents. 

PLUS DE PHOTOS : Spectacle Supernovas @ Parc des Faubourgs