Wifi gratuit - Zones wifi publiques

Le Village «intelligent»... depuis 2006!

André-Constantin Passiour
Commentaires
Rainbow

En 2006 déjà, si vous vous installiez quelque part dans le Village avec votre ordinateur portable, vous pouviez bénéficier d’une connexion Internet – wifi – gratuite sur la majorité du territoire de la Société de développement commercial du Village (SDC)! Cela fait donc plus de dix ans maintenant. En fait, ce qu’on apprend, c’est que la SDC du Village avait fait, à l’époque, œuvre d’avant-garde en installant à ses frais des bornes wifi dans le secteur grâce à la collaboration de «Île sans fil», qui est devenu ZAP (depuis un an). Il s’agissait d’une initiative unique parmi toutes les autres SDC à Montréal. Aujourd’hui, Montréal peut s'enorgueillir de posséder le plus grand nombre de zones wifi publiques en Amérique du Nord, plus que la Grosse Pomme! 


Mais attendez, Montréal est maintenant plus branchée que New York? «Oui, Montréal est vraiment la ville la plus branchée en Amérique du Nord […] et même que le reste du Canada, qui est piteusement développé dans ce domaine. Il y a seulement huit bornes publiques à Toronto. Évidemment, il y a les cafés Starbucks ou les McDonald’s où vous pouvez obtenir une connexion gratuite, mais pas dans le réseau public. Ici, on peut même avoir du wifi dans certains parcs (dont le Parc des Faubourgs)…», explique le Directeur de ZAP, André Boisvert.
 
La technologie ayant évolué, les bornes sont maintenant installées sur les lampadaires et non plus sur les façades des édifices des commerçants du Village, comme c’était le cas depuis 11 ans. À l’été de 2016, ZAP a comptabilisé pas moins de 28 000 connexions par jour dans le Village! «C’est le plus gros "hot spot" des lieux extérieurs touristiques de Montréal, commente M. Boisvert. On n’enregistre rien de comparable, que ce soit au Chalet du Mont-Royal, au Jardin botanique ou à l’Oratoire Saint-Joseph par exemple.» Il faut dire que le Village bénéficie de 28 bornes wifi, c’est plus que les villes de Mississauga (Ontario) ou de Granby qui possèdent chacune 23 antennes publiques selon un article publié sur le site de Radio-Canada. De plus, on nous offre une connexion wifi à 600 mégabits, «pour ce qui est de MTLWifi, l’organisme municipal nous propose du 1 000 mégabits, mais ceux-ci sont partagés, donc la connexion dans le Village est encore beaucoup plus efficace puisqu’elle n’est pas en mode partage», continue André Boisvert. 
 
ZAP (Île Sans Fil) a débuté il y a 13 ans. L’entreprise avait développé les infrastructures wifi au Centre Saint-Pierre où sont situés ses bureaux. Dès son arrivée en poste en 2006, le Directeur général de la SDC du Village, qui avait précédemment travaillé au siège social d’une entreprise de télécommunications, a demandé à André Boisvert de déployer la connexion wifi sur son territoire. «Avec le Centre Saint-Pierre, le Village a été notre premier grand client, dit M. Boisvert. Ce projet de wifi gratuit public était avant-gardiste pour l’époque en Amérique du Nord.» Mais tout cela a évolué de façon rapide et exponentielle. On utilisait surtout l’ordinateur portable à l’époque car les téléphones intelligents n’étaient pas aussi répandus que maintenant. «Aujourd’hui, presque tout le monde possède un téléphone intelligent, donc la consommation de l’Internet a non seulement augmenté, mais elle s’est diversifiée. Auparavant, c’étaient surtout les jeunes qui se connectaient pour avoir du wifi, mais maintenant, ce sont des gens de tous âges, donc cela ne peut qu’aller en croissant», poursuit André Boisvert. 
 
Septembre marquera déjà le 1er anniversaire de la transformation d’Île Sans Fil en «ZAP», soit d’un organisme à but non lucratif (OBNL) à une coopérative de solidarité, dont la SDC du Village possède des parts sociales. «La coopérative de solidarité se caractérise par la diversité de ses membres et son ouverture au partenariat. Elle regroupe à la fois des membres qui sont des utilisateurs des services offerts par la coopérative et des membres qui sont des travailleurs au sein de celle-ci. Elle vise toutes les activités supportées par le milieu», peut-on lire sur le site du ministère de l’Économie, Science et de l’Innovation du Québec.
 
«En étant une coopérative de solidarité, cela nous permet de nous développer encore plus en lien avec des partenaires. Pour l’instant, on continue de consolider Montréal, mais on désire s’en aller vers l’Ouest canadien, on va commencer par Ottawa. Par exemple, nous développons actuellement tout le réseau wifi du complexe du CHUM. Avec l’administration municipale, nous aidons à étendre le réseau encore plus au centre-ville, dans le Vieux-Montréal, puis le Mile End et l’avenue du Parc. Donc, ça bouge beaucoup», ajoute le directeur de ZAP, André Boisvert.
 
Toujours selon l’article de Valérie Boisclair, du site de Radio-Canada, une entente de «gré à gré» au montant de 75 000$ a permis à la Ville de récupérer les 635 bornes de ZAP pour les incorporer dans le réseau de MTLWifi qui comprenait 190 antennes qui fonctionnaient avec la fibre optique. Ce qui fait 825 stations wifi publiques et gratuites au total pour la métropole. 
 
Et pour le quartier du Village, que se passe-t-il? «Le réseau ZAP du Village va encore augmenter, c’est certain, confirme M. Boisvert. Avec la "Cité des ondes" qui se concentre encore plus avec le réaménagement des terrains de Radio-Canada et aussi avec le développement de multinationales comme Warner Bros (jeux vidéo) à la Place Dupuis, entre autres, il ne peut qu’y avoir de la croissance dans tout le quartier. Il faut s’attendre aussi, pour 2018, toujours en collaboration avec la SDC du Village, à des activités de l’ordre de la technologie numérique sur le territoire du Village. Je ne peux en parler pour l’instant, mais ça s’en vient.»
 
«Je tiens à remercier très chaleureusement André Boisvert de ZAP, notre partenaire depuis 2006 dans cette belle aventure. Pour être franc, j’ignorais à l’époque que le Village serait en avance de 10 ans sur le reste de la Ville… En fait, en 2006, je pensais plutôt que nous étions en retard concernant l’implantation du wifi gratuit dans les zones publiques, d’où notre partenariat avec Île Sans Fil…Donc MERCI à eux de nous avoir permis d’être précurseurs!» conclut Bernard  Plante, directeur général de la SDC du Village.