Du 14 octobre au 4 février

Exposition «IL ÉTAIT UNE FOIS… LE WESTERN»

André-Constantin Passiour
Commentaires
Brokeback Mountain

Après l’exposition «Love Is Love», sur la conception du mariage pour tous selon Jean-Paul Gaultier, le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) nous proposera cet automne «IL ÉTAIT UNE FOIS… LE WESTERN». Cette importante exposition multidisciplinaire offre une lecture inédite du cinéma western en considérant ses liens avec les arts visuels (peinture, sculpture, photographie) depuis le milieu du 19e siècle à nos jours.

La création, la transmission et la transformation du mythe western en Amérique, aux Etats-Unis comme au Canada, y sont étudiées. Plus de 400 peintures, sculptures, installations, photographies, artéfacts, photogrammes et extraits de films rendent compte de l’évolution du genre marqué par un dialogue incessant entre les beaux-arts et le cinéma. «IL ÉTAIT UNE FOIS… LE WESTERN» célèbre la beauté du western et expose également ses versants plus sombres. Elle aborde certains préjugés envers les peuples des Premières Nations que le western a contribué à perpétuer, et explore des thèmes reliés à des questions toujours actuelles telles que la violence, la représentation stéréotypée des genres, les relations interraciales et l’acceptation de la différence. Elle entend démontrer à quel point l’art a le pouvoir à la fois d’entretenir et de remettre en cause les croyances les plus répandues.«Depuis mon installation en Amérique, et à Montréal, porte de l’Ouest, je porte l’idée de faire ce projet d’exposition multidisciplinaire sur la fondation et l’analyse d’un des mythes identitaires les plus durables du XXe siècle. Je souhaitais montrer comment, dans un premier temps, la fabrique des images s’est nourrie d’histoire, d’arts visuels et de films pour cristalliser une mythologie typique de l’Ouest américain. Puis comment, dans un second temps, les artistes ont récupéré cette mythologie pour dénoncer des valeurs machistes, les stéréotypes racistes, l’annexion des territoires, une culture de la violence, toujours endémiques dans la civilisation de ce continent. À Montréal, j’ai voulu une exposition approfondie, enrichie et engagée dans ces problématiques actuelles. Ce rêve d’une nouvelle frontière aux horizons sublimes et tragiques est aussi un de mes rêves d’exposition»,  a commenté la directrice générale et la conservatrice en chef du Musée, Nathalie Bondil.Toujours dans sa mission d’ouverture et de diversité, le Musée nous offre, en dernière partie de cette exposition, la relation qu’entretiennent les films western avec l’art de la fin des années 1970 à aujourd’hui et qui affichent parfois les thèmes comme les questions raciales, de sexualité et de genre. On pourra voir, entre autres, le film Brokeback Mountain, de Ang Lee, avec Heath Ledger et Jake Gyllenhaal, ou encore Macadam Cowboy de John Schlesinger et mettant en vedette John Voight et Dustin Hoffman. Parmi les tableaux des artistes exposés, on pourra y voir une toile du peintre gai et autochtone Kent Monkman. Bref, une autre expo qui attirera bien des intéressés…