PACINI

Un piatto italiano ? Si!

Daniel Rolland
Commentaires
PACINI

Un plat italien ? Oui! Et comment donc. S’il est préparé amoureusement par ces magiciens des cuisines de chez Pacini. Qui ne ratent jamais une occasion d’émerveiller nos papilles.


Calmar FritJe dois confesser que je n’avais pas mis les pieds chez Pacini depuis un sacré bout de temps et je le regrette. Surtout qu’il m’a été permis de me rendre compte que dans cette chaîne, ce n’est justement pas un travail culinaire à la chaîne, mais une inventivité calquée sur ce qui est tendance en Italie même. Ce que me confirme Andréanne Charbonneau, directrice du marketing et des relations publiques. « Nos menus sont établis conjointement par Pierre-Marc Tremblay propriétaire majoritaire et la nutritionniste Geneviève Nadeau. Nos gens voyagent un peu partout dans le monde et on se rend en Italie au moins deux fois par année. On rapporte tout ce qui innove de là-bas. On a ainsi incorporé de l’huile de truffe noire dans certains de nos menus, un délice. Et on a éliminé le sel dans une proportion de 24% ».  Et puisque leur nutritionniste veille à la santé de tous et chacun, vous pouvez imaginer qu’on a pensé aux personnes sujettes aux allergies en tout genre.
 
CharcuterieUne expansion fulgurante
Fondé en 1980 à Sainte-Foy sous la raison sociale « La boîte à spaghetti », le nom Pacini a été adopté quatre ans plus tard. « Nous avons présentement 30 succursales, nous dit Mme Charbonneau, et nous planifions atteindre les 200 d’ici 2030 ». Il faut dire que s’il y a une crise dans la fréquentation des restaurants ces dernières années, on s’en est toujours bien sorti chez Pacini en raison de la carte attrayante au possible, comme vous n’en verrez pas ailleurs, et à des prix accessibles. Je suis allé en compagnie de l’écrivain français Ludovic Hary de passage à Montréal. Et lui qui sillonne l’Hexagone en vélo, c’est sa passion, a été conquis par ce qu’il a vu et goûté. J’ai commandé en entrée une salade de canard en confit avec fromage de chèvre et pour plat de résistance un fettucini au poulet grillé. Le tout bien arrosé d’un cabernet sauvignon pouvant honorer de grandes tables gastronomiques. Puis il y a toujours cette attraction que constitue le bar à pain, où vous choisissez votre pain de ménage que vous placez sur le grill, le rôtissant à votre goût, que vous badigeonnerez ensuite de beurre ou autres variantes. Et à volonté! On ne peut échapper difficilement à ce petit plaisir qui en devient un très grand. Notre visiteur français était comme un enfant.
 
Le personnel prend part aux anniversaires
Un détail m’a amusé énormément. Il y avait lors de mon passage deux anniversaires le même soir. On l’a su assez vite, quand a surgi tout le personnel chantant, sur fond musical quelque chose d’autre que le traditionnel happy birthday, et qui était destiné à une fêtée se trouvant à la table voisine, entourée affectueusement de ses proches. C’était très sympathique. Comment peut-on mieux illustrer l’attention que l’on porte aux clients. La personnalisation du service joue un rôle essentiel, on ne le répétera jamais assez, si on veut réussir à fidéliser son monde. On est à trois ans du quarantième anniversaire d’existence et à voir les choses aller aussi rondement, il y a fort à parier que Pacini sera encore là pour plusieurs décennies. Quand je pense que les frères Goncourt, des grognons pour qui rien ne trouvait grâce à leurs yeux, ont écrit méchamment que certains livres faisaient penser à la cuisine italienne, qui bourre mais ne remplit pas. Je leur oppose un sérieux démenti, je suis au contraire sorti de table chez Pacini, rempli de bonheur. 
 
bar