Disparition

Décès de Pierre Bergé, mécène, militant et ex-compagnon d'Yves Saint Laurent

Pierre Bergé, ancien compagnon d'Yves Saint Laurent, homme d'affaires, mécène français et militant de la lutte pour les droits LGBT et contre le sida, est décédé vendredi à 86 ans. Une disparition qui a suscité de nombreuses réactions dans le monde politique et culturel.

Il est décédé quelques semaines avant l'inauguration de deux musées consacrés au grand couturier.

Dans un communiqué transmis vendredi, la Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent à Paris et la Fondation Jardin Majorelle à Marrakech ont annoncé «le décès de leur Président-fondateur Pierre Bergé, survenu vendredi 8 septembre 2017 à 5H39, à son domicile à Saint-Rémy-de-Provence», dans le sud-est de la France.

Cofondateur et dirigeant pendant 40 ans de la maison de couture Yves Saint Laurent, président du conseil de surveillance du groupe de presse Le Monde, ancien président de l'Opéra de Paris et passionné de théâtre, président du Sidaction et fervent soutien de l'ancien président socialiste français François Mitterrand, Pierre Bergé, était atteint de myopathie (maladie neuro-musculaires se traduisant par une dégénérescence et une nécrose du tissu musculaire), ce qui ne l'empêchait pas, à 80 ans passés, de sortir tous les soirs, de piloter son hélicoptère et de rester actif dans les affaires: avec ses deux associés du Monde Xavier Niel et Matthieu Pigasse, il avait acheté le Nouvel Observateur en 2014.

"C'est toute une partie de notre mémoire littéraire et artistique qui disparaît avec Pierre Bergé. Il fut pour nombre d'entre nous un passeur sans égal", a salué le président Emmanuel Macron, dans un communiqué. "Fabuleux mécène, philanthrope, esthète insatiable, génial entrepreneur, homme de culture et de toutes les passions, Pierre Bergé était tout cela à la fois, mais plus encore, il incarnait un humaniste qui plaçait la destinée des hommes au-dessus de toutes les autres valeurs", a résumé L'ancien ministre de la Culture Jack Lang.

«C'était d'abord un homme libre, un homme avec une immense culture, un entrepreneur brillant, et puis un lecteur très assidu et très exigeant», a déclaré Louis Dreyfus, président du directoire du Monde. L'homme d'affaires, connu pour son franc-parler et ses emportements, n'hésitait pas à critiquer publiquement certains articles du journal. Mais selon Louis Dreyfus, «cette exigence qu'il pouvait avoir comme lecteur n'était pas contradictoire avec l'attention qu'il portait à préserver l'indépendance du groupe et des redactions».

Une homosexualité ouvertement affichée

Né le 14 novembre 1930 sur l'île d'Oléron d'une mère institutrice et d'un père fonctionnaire des finances, ce passionné de littérature, grand collectionneur d'ouvrages et d'oeuvres d'art, a été le compagnon du peintre Bernard Buffet, dont il accompagne la carrière pendant huit ans.

En 1958, il rencontre Yves Mathieu Saint Laurent, jeune provincial introverti de grand talent, auprès duquel il vivra un demi-siècle de travail et de vie en commun. Tous deux fondent en 1961 une maison de couture, bâtissant, avec la marque YSL, un empire du luxe. Les rôles sont clairs: à Saint Laurent la création, à Bergé la gestion et le développement. «Si je n'avais pas aimé Saint Laurent, je ne me serais jamais lancé dans la haute couture», disait-il, affirmant «ne croire qu'à l'obsession et aux obsessionnels». Leur histoire d'amour a été évoquée dans deux films consacrés au grand couturier en 2014, Yves Saint Laurent de Jalil Lespert et Saint Laurent de Bertrand Bonnello. «YSL, la lutte contre le SIDA et pour le mariage pour tous, le mécénat culturel... Triste jour que celui de la mort de Pierre Bergé», a réagit sur Twitter Guillaume Gallienne, qui l'avait interprété dans le film Yves Saint Laurent.

Grand officier de la légion d'honneur, il a écrit de nombreux ouvrages, dont Inventaire Mitterrand (Stock, 1991) et Lettres à Yves (Gallimard, 2010).

Berger disparaît quelques semaines avant l'inauguration de deux musées consacrés à l'oeuvre de son ancien compagnon Yves Saint Laurent, l'un à Paris et l'autre à Marrakech, au Maroc. «Nous sommes remplis de souvenirs (...), que nous voulons transformer en projet», avait déclaré en juin Pierre Bergé, en fauteuil roulant, lors d'une conférence de presse de présentation de ces deux musées.

Le premier doit ouvrir dans l'hôtel particulier parisien qui héberge la fondation le 3 octobre, suivi le 19 octobre par le second, dans un bâtiment neuf à Marrakech. Ces deux musées vont permettre à la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent, qui conserve 40 années de création du couturier disparu en 2008, d'exposer ses collections.

Mécène et militant

«Pierre était mon frère d'armes dans la lutte contre le sida (...), un homme vif, instinctif, toujours à l'affût de l'air du temps. Faire la route sans Pierre est terriblement douloureux mais le plus bel hommage que l'on puisse lui rendre aujourd'hui, c'est de poursuivre notre combat contre le Sida», a confié la chanteuse et actrice Line Renaud, vice présidente du Sidaction.

Pierre Bergé soutenait de longue date la lutte contre le sida. Il avait en particulier mis son énergie, ses moyens financiers et ses réseaux au service du Sidaction.

Dès les années 80, il avait apporté un soutien plus discret mais non moins important à la lutte pour les droits LGBT, finançant indirectemet plusieurs titre de presse (Gai Pied, Samouraï, Ex Aequo) par de annonces publicitaires pour YSL. Plus tard, il avait repris le magazine Têtu en difficultés et l'a accompagné des années durant, renflouant régulièrement le titre déficitaire avant de le céder il y a cinq ans.

Il n'avait pas hésité à prendre des positions publiques notamment au moment du débat sur le mariage pour tous. 

Au milieu des années 80, il devient un proche du président Mitterrand, charentais et amateur de littérature comme lui. Il fonde en 1987 l'hebdomadaire "Globe" qui soutient le chef de l'État. Pierre Bergé, qui n'avait pas voté socialiste en 1981, s'engage en 1988 à ses côtés, devenant soutien financier et médiatique du PS. Il a ensuite soutenu Jacques Chirac en 1995, Ségolène Royal en 2007, François Hollande en 2012 et Emmanuel Macron en 2017.

Il milite aussi contre le racisme, soutien de SOS Racisme, ou contre le sida dès les années 1980. 

Amoureux de Marrakech, où il acquit le Jardin Majorelle avec Saint Laurent, il était aussi grand collectionneur d'art - il vendit en 2009 une fabuleuse collection rassemblée avec son ancien compagnon, décédé un an avant.

Pierre Bergé s'était marié en mars 2017 avec le paysagiste américain Madison Cox, 58 ans, vice-président de la Fondation Bergé-Saint Laurent. «Il va me succéder», avait dit le mécène, relevant que son mari était «déjà en charge des musées Saint Laurent de Paris et Marrakech», qui doivent ouvrir en octobre.