États-Unis

Le ministère de la Justice soutient un boulanger anti-mariage gai

L'agence AFP
Commentaires

Aux États-Unis, une dispute oppose depuis 2012 un boulanger à un couple de jeunes mariés. Et l’affaire va remonter jusqu’à la Cour suprême.  Car le couple en question est homosexuel, et le boulanger du Colorado a refusé de leur confectionner un gâteau pour leur mariage au motif que cela heurtait ses convictions religieuses. Interdiction de discrimination sexuelle et liberté confessionnelle : deux principes essentiels s’opposent donc, et le ministère de la Justice a décidé de s’engager dans ce débat.

 Le 26 juin dernier, c’était le deuxième anniversaire de la légalisation du mariage homosexuel dans tous les Etats-Unis. Le même jour, la Cour suprême annonçait qu’elle s’emparait finalement d’un cas opposant une boulangerie-pâtisserie au Comité des droits civiques du Colorado.

Il y a cinq ans, Jack Philipps avait en effet refusé de confectionner une pièce montée pour le mariage entre deux hommes, expliquant qu’une telle union heurtait ses convictions religieuses. Un tribunal local a d’abord tranché en faveur du couple homosexuel, mais l’affaire est donc remontée jusqu’au sommet de la justice américaine.

Et dans ce débat entre liberté religieuse et droits des LGBT, le ministère de la Justice vient de prendre parti pour la boulangerie. « Un artiste ne peut être forcé à peindre, une musicien à jouer ou un poète à écrire », indique un communiqué faisant primer la liberté d’expression.

Alors que l’administration aurait pu ne rien dire, la prise de position étonne : elle sous-entend une exception aux lois anti-discrimination, « un droit constitutionnel à discriminer », résume un juriste.

Les associations de défense des droits civiques sont donc debout, sans pour autant s’étonner que l’administration Trump s’engage ainsi. Le cas doit être tranché par la Cour suprême en octobre. Il constituera, quel qu’en soit l’issue, un précédent important pour le pays.